RMC Sport

Atalanta Bergame: les raisons d'un succès surprise

Quatrième de Serie A, l’Atalanta a l’occasion de remporter ce mercredi soir contre la Lazio Rome le deuxième titre de son histoire, 56 ans après une coupe d’Italie, déjà. Une saison exceptionnelle.

Malgré quelques descentes en Serie B, l’histoire de l’Atalanta Bergame pourrait se résumer à celle d’un club moyen de Serie A. Abonné au ventre mou du championnat depuis son retour dans l’élite en 2011, l’Atalanta joue pourtant depuis trois saisons le rôle de poil à gratter de Serie A: 4e en 2017, 7e en 2018 et à nouveau 4e à deux journées de la fin cette saison. Ce mercredi soir, contre la Lazio Rome, le club a même l’occasion de garnir sa salle des trophées d’une deuxième coupe d’Italie après celle de 1963. Une juste récompense pour ceux qui œuvrent à la réussite de cet Atalanta.

Direction stable et recrutement trois étoiles

Club familial par excellence, l’Atalanta est présidé depuis son rachat en 2010 par Antonio Percassi, ancien joueur de Bergame et de son fils, Luca. Les deux hommes ont confié les clés de la politique sportive à Giovanni Sartori, dénicheur de joueur bons marchés à gros potentiel. Résultat, sur les trois dernières saisons, le club revend ses meilleurs éléments aux grands clubs de Serie A à prix d’or: Gagliardini à l’Inter 22 millions, Cristante à l’AS Roma 20 millions, Andrea Conti à l’AC Milan 24 millions ou encore Franck Kessié toujours à Milan, pour 28 millions. Autre symbole de la bonne gestion du club, il est depuis 2017, l’un des rares d’Italie à gérer son stade. L’Atalanta est devenu un club prospère qui doit beaucoup à l’homme qui met en valeur ces talents, son entraîneur: Gian Piero Gasperini.

Merci Gasperini!

A 61 ans, l’entraîneur italien, principal artisan du succès de l'Atalanta Bergame a l’occasion de remporter son premier titre. Depuis 2016, l’ancien entraîneur éphémère de l’Inter Milan en 2011 (cinq matchs) a eu le temps et les moyens de construire une équipe à son image : offensive et agréable. Adjoint de Lippi et d’Ancelotti à la Juventus de 1994 à 2003, Gasperini connut ensuite des promotions de Serie C à Serie B avec Crotone, puis de Serie B à Serie A au Genoa, menant même le club de Gênes, alors composé de Diego Milito et Thiago Motta jusqu’à la coupe UEFA. Grand admirateur du Barça de Cruyff, Gasperini s’appuie depuis toujours sur une défense à trois, des latéraux offensifs et un pressing permanent. De l’avis des amateurs de Serie A, l’Atalanta développe le plus beau jeu d'Italie et avec ses 73 buts, possède la meilleure attaque du championnat. Le Mister a aussi permis au club de retrouver la Coupe d’Europe en 2017, 26 ans après sa dernière apparition en quart de finale de la C3 et beaucoup considèrent sa victoire 3-0 contre la Juventus en quart comme une masterclass tactique. Ces performances valent à Gasperini d’être convoité par les grandes puissances transalpines.

Tous à l’attaque

Impressionnant collectivement, l’Atalanta doit une grande partie de sa réussite cette saison à ses joueurs offensifs, au premier rang desquels le Colombien Duvan Zapata. Auteur de 22 réalisations et sept passes décisives, l’ancien attaquant de Naples, prêté par la Sampdoria crève enfin l’écran. Ce dernier profite de sa complicité avec l’âme du club de Bergame, l’offensif capitaine Papu Gomez. Au club depuis 2014, le capitaine argentin réalise une nouvelle saison de grande classe et est l’auteur de 6 buts et 11 passes décisives. Toujours aussi imprévisible il constitue un duo parfait avec le Slovène Ilicic. Ce trio offensif profite également de l’excellente saison d’un ancien espoir de Ligue 1, Mario Pasalic. Joueur irrégulier de Monaco en 2015-2016, le milieu de terrain qui appartient toujours à Chelsea a inscrit 7 buts et délivré 7 passes décisives. A 24 ans, le Croate semble avoir trouvé le cadre idéal pour exprimer tout son talent. Et tous les voyants sont au vert pour l’avenir de l’Atalanta.

Ken Fernandez