RMC Sport

Juve: Agnelli ne veut pas démissionner, mais se retrouve menacé

Malgré le fiasco de la Super League, dont il était le chef de file, Andrea Agnelli n'aurait pas l'intention de quitter la Juventus Turin. Selon La Gazzetta dello Sport, des noms circulent toutefois en cas de changement à la tête de la Vieille Dame.

Jusqu'à dimanche, il était considéré comme l'un des partisans de la réforme de la Ligue des champions. Il est aujourd'hui vu comme un traître. Andrea Agnelli s'est livré à un drôle de double jeu en travaillant à la fois avec et contre l'UEFA. Proche d'Aleksander Ceferin, le patron de l'instance européenne, le président de la Juventus Turin n'a pas hésité à lui tourner le dos pour incarner la Super League, ce championnat quasi fermé lancé pour générer toujours plus de droits TV et de recettes commerciales. Un fiasco. En 48 heures, dix des douze clubs fondateurs ont lâché l'affaire. Même la Juve a dû reconnaître l'échec de ce projet, sans pour autant afficher de regrets. Face à cet énorme raté, l'image de la Vieille Dame se retrouve sérieusement écornée. Comme celle de son patron. 

>> La crise de la Super League en direct

"Je n'ai jamais vu une personne mentir aussi fréquemment et avec une telle persistance. C'est incroyable", a dit à son sujet Ceferin, résumant ainsi la pensée d'un grand nombre de dirigeants européens. Ayant démissionné de ses mandats à l'UEFA et au sein de l'Association européenne des clubs (ECA), Agnelli a perdu beaucoup d'influence. Son attitude et son rôle majeur joué dans la Super League interrogent y compris au sein de la Juve. Selon les informations de la Gazzetta dello Sport, une réflexion va être menée par John Elkann. Ce cousin d'Andrea Agnelli n'est pas n'importe qui. Réputé pour être un négociateur redoutable, il est le patron du constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler.

Des noms circulent en cas de changement

Il gère aussi le patrimoine des Agnelli en tant que PDG d'Exor, la holding familiale qui détient notamment la Juve. Son avis sur la situation actuelle sera très important. En interne, le travail mené depuis 2010 par Agnelli pour moderniser le club est reconnu. Il a également des réussites à son actif sur le plan sportif avec neuf titres de champion de Serie A décrochés entre 2012 et 2020. Sans oublier le recrutement du quintuple Ballon d'or Cristiano Ronaldo. Mais Agnelli traverse aujourd'hui une période pour le moins compliquée. La Juve n'est que troisième de son championnat, elle a déjà pris la porte en Ligue des champions, le pari de lancer Andrea Pirlo sur le banc n'est pas franchement une réussite et il y a maintenant ce projet mort-né de la Super League.

Agnelli serait isolé et certains auraient des doutes le concernant au sein du club turinois. Lui n'aurait toutefois pas l'intention de démissionner. Mais des noms circulent tout de même en cas de changement aux commandes de la Juve. D'après la Gazzetta, Alessandro Nasi, vice-président d'Exor, serait le favori parmi les potentiels candidats à la succession d'Agnelli. Evelina Christillin, membre du conseil de la FIFA, et Marcello Lippi, ex-entraîneur de la Vieille Dame, auraient également des soutiens.

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport