RMC Sport

Maldini: "Il faudra un investissement énorme pour reformer le club parfait que le Milan était"

Entre 2001 à 2009, Paolo Maldini et Andrea Pirlo ont remporté deux Ligue des champions avec le grand Milan AC.

Entre 2001 à 2009, Paolo Maldini et Andrea Pirlo ont remporté deux Ligue des champions avec le grand Milan AC. - AFP

Invité exceptionnel de l’émission Team Duga sur RMC ce mercredi, Paolo Maldini s’est exprimé sur la forme décevante du football italien. Forcément, la légende du Milan AC en a profité pour donner son ressenti sur l’état actuel de son club de toujours.

Vous êtes, pour nous, l’image du Milan AC, comment cela se fait que vous n'avez aucune activité avec le club ?

Sincèrement, je ne sais pas. J’ai été très proche d’entrer dans le club, d’en refaire partie. C’était sous l’ère Berlusconi et aussi avec les investisseurs chinois mais, lorsque j’ai parlé avec les personnes, il ne s’est rien passé. Disons qu’il a manqué quelque chose, qu’il n’y avait pas cette petite étincelle. C’est dommage mais, sincèrement, c’est très bien comme ça parce que mon histoire avec le Milan c’est l’histoire de ma famille. Mon papa a joué avec le Milan, mes fils jouent avec le Milan et ce sera toujours beau avec le Milan, au-delà du fait que je puisse travailler un jour ou non avec eux.

Les choses peuvent-elles changer maintenant que Berlusconi n’est plus le président et que les Chinois sont arrivés?

J’ai parlé il y a quelques mois avec les nouveaux propriétaires et disons que j’avais beaucoup de doutes sur le type de projet qu’ils voulaient mettre en place et aussi, et surtout, sur le rôle qu’ils voulaient me proposer. Donc je n’ai pas pu accepter leur proposition.

A lire aussi >> Milan AC: un faux document des investisseurs chinois surgit dans la vente

Que pensez-vous de l’évolution de votre club et du football italien en général ?

Le football italien a beaucoup subi la crise économique de ces dernières années. Pour ceux qui regardent le Milan et l’Inter, il y a eu beaucoup de changements parce que les deux grandes familles qui poussaient le club ont lâché les commandes à des propriétaires chinois. Et je dirais surtout que, ces dernières années, pour le Milan le projet technique n’était pas à la hauteur de son histoire récente. En ce qui concerne la Juventus, il y a beaucoup à apprendre. Le club était en Serie B il y a onze ans. Ils ont voulu reconstruire le club, ils l’ont fait de manière très simple avec des hommes bons, justes, simples aux bons postes. Ils se sont parfois trompés mais, en ce moment, la Juve fait partie des trois meilleures équipes d’Europe.

A lire aussi >> L'Inter prête à proposer un salaire mirobolant à Antonio Conte

Pensez-vous que le Milan peut retrouver son niveau d’il y a une bonne dizaine d’années ?

Dans la période actuelle, plus le temps passe et plus c’est difficile de reconstruire quelque chose de décent pour gagner et je crois que, maintenant, on repart d’une base avec quelques jeunes mais il faudra beaucoup, beaucoup, d’investissement parce qu’ils ont attendu beaucoup trop longtemps avant de renforcer cette équipe. Vu qu’il n’y a plus la famille Berlusconi derrière ce club, je suis curieux de voir ce que seront les investissements du futur. Il faudra un investissement énorme pour retourner au niveau qu’on a connu et pour reformer le type de club parfait que le Milan était dans les années 90-2000.

Quels sont les nouveaux jeunes talents italiens que l’on doit surveiller dans le futur ?

Le fait d’avoir un championnat avec un niveau un peu plus bas, ça permet à beaucoup de jeunes joueurs de jouer titulaires et ce n’était pas le cas dans les années dorées du championnat italien. La moyenne d’âge des joueurs du championnat est de plus en plus basse donc c’est très bien pour les nouvelles générations, mais les très grands joueurs naissent une fois de temps en temps.

Si je devais nommer quelqu’un, je donnerais bien évidemment le nom de (Gianluigi) Donnarumma, le gardien du Milan. Depuis qu’il a douze ans il est considéré comme un joueur hors normes, il fait partie de ces gardiens qui naissent une fois tous les vingt ans. Après (Gianluigi) Buffon, c’est un talent pur, c’est un diamant pur. Pour l’attaque, (Andrea) Belotti pourrait vraiment faire de belles choses parce qu’il a un comportement très positif, parce que c’est un jeune très sérieux.

A lire aussi >> Pour Allegri, Buffon mérite le Ballon d'Or

En sélection, pourquoi l’équipe d’Italie n’arrive pas à incorporer un joueur comme Marco Verratti ?

Même la sélection nationale italienne est en train de vivre des moments un peu particuliers et, à part les joueurs habituels que sont Buffon, Barzagli, Chiellini, Bonucci, elle n’est pas de très grande qualité. Donc c’est difficile, selon moi, de voir Verratti qui porte la sélection parmi les trois meilleures du monde. En ce moment, la sélection italienne est en difficulté au niveau des talents, n’a pas vraiment de talents et donc je pense que c’est un problème général du football italien en ce moment. Il faut attendre une autre génération pour voir l’Italie retourner au niveau des années 90 ou 2000.

VIDEO: L'actu Sport.Net du 17 mai

Team Duga