RMC Sport

Mercato: Pisté par le PSG, Dybala est-il vraiment décisif avec la Juventus?

Paulo Dybala pourrait quitter la Juventus d’ici la fin du mercato. Le PSG s’intéresse à l’attaquant argentin de 25 ans, que la Vieille Dame semble prêt à laisser filer. L’occasion de se pencher en détails sur ses quatre saisons passées chez les champions d’Italie.

C’est l’un des dossiers très chauds de cette fin de mercato. Paulo Dybala pourrait quitter la Juventus Turin d’ici le 2 septembre et la clôture du marché estival. Le PSG s’intéresse de près à l’attaquant argentin et pourrait lancer une offensive de dernière minute. Pas forcément pour remplacer Neymar, les deux dossiers n’étant pas liés. Sur le papier, le club de la capitale réaliserait un joli coup en récupérant la star de 25 ans. Sur le terrain, il faudra voir comment l’utiliser au mieux. En attendant, on s’est penché sur le rendement de Dybala depuis son transfert à la Juve à l’été 2015, en provenance de Palerme (pour 40 millions d’euros). Avec une question centrale: a-t-il été décisif durant ces quatre années passées chez les Bianconeri?

Trois saisons très convaincantes

Paulo Dybala a pour l’instant disputé 182 matchs sous le maillot aux rayures noires et blanches (toutes compétitions confondues). Pour un total de 78 réalisations (dont 14 en Ligue des champions), assorti de 30 passes décisives. Un ratio d'1 but tous les 2,3 matchs qui fait de lui un joueur particulièrement efficace. Mais ce constat est surtout valable pour ses trois premiers exercices dans le Piémont. Avec des lignes de stats quasiment identiques à chaque fin de saison. En 2015-2016, lors de sa première année à la Juventus, le natif de Laguna Larga (au centre de l’Argentine) a inscrit 23 en 46 matchs, toutes compétitions confondues (plus 9 passes décisives). Soit 1 but tous les 2 matchs.

En 2016-2017, il a récidivé en maquant 19 fois en 48 sorties (plus 9 passes décisives). Soit un but tous les 2,5 matchs. Avant d’élever encore un peu le niveau en 2017-2018, avec 26 réalisations en 46 rencontres (plus 7 passes décisives). Soit 1 but tous les 1,7 match. En bonus: une troisième place au classement des meilleurs marqueurs de Serie A (22 buts), derrière Ciro Immobile et Mauro Icardi. Et une finale de Ligue des champions perdue face au Real Madrid de Zinedine Zidane (1-4).

L’arrivée de Ronaldo a tout changé

Grâce à cette constance au plus haut niveau, l’international argentin (23 sélections, 1 but), nommé dans la liste du Ballon d’Or en 2016 et 2017, a rapidement gagné le cœur des tifosi. Au point de se rendre indispensable chez le géant italien. Juqu’à l’été dernier et l’arrivée d’un certain Cristiano Ronaldo

En débarquant avec ses abdos saillants, ses quatre Ballon d’Or et son charisme d’acteur de cinéma, l’ancien taulier du Real Madrid (recruté pour 100 millions d’euros) est vite devenu le patron à Turin. De quoi faire de l’ombre au talentueux Dybala. Jusqu’à le reléguer carrément sur le banc au profit de Douglas Costa, Federico Bernardeschi ou Mario Mandzukic. Soucieux de faire de la place à CR7, Massimiliano Allegri, l’ancien coach de la Vieille Dame, a privilégié l'épanouissement de sa superstar portugaise. Au détriment de son n°10 (qui a porté le 21 lors de ses deux première saisons). 

Un statut qui ne colle pas à son talent

Alors forcément, les prestations de Dybala (vainqueur de quatre championnats et trois Coupe d'Italie) s’en sont vite ressenties. Moins utilisé, moins en confiance aussi, l’ancien Palermitain a traversé la saison dernière dans la pénombre, avec 10 buts en 42 matchs (5 passes décisives). Loin de ses standards précédents (un but tous les 4,2 matchs). Ce statut de joker de luxe, dans un système tactique imaginé sans lui, le pousse aujourd’hui vers la sortie. Malgré un contrat qui court jusqu’en 2022, la Vieille Dame ne fait rien pour le retenir. Paris va peut-être en profiter bientôt. A condition de lui faire de la place dans un onze qui pourrait également enregistrer le retour forcé de Neymar.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur