RMC Sport

Serie A: pourquoi Milik, proche de l'OM, ne joue pas du tout à Naples

Tout proche de s'engager avec l'OM, Arkadiusz Milik (27 ans) n'a plus joué en club depuis le 8 août 2020. Une punition infligée par Naples, son club, pour avoir refusé d'être transféré l'été dernier.

Avec Arkadiusz Milik (26 ans), l'OM tient peut-être enfin son grand attaquant. Ses 48 buts en 122 matchs avec Naples, ou les 47 en 75 rencontres l'Ajax Amsterdam en font, sur le papier, l'une des valeurs sures du poste en Europe. Mais le doute entoure pourtant l'état de forme de l'international polonais. Il faut remonter au 15 novembre 2020 pour retrouver trace de sa présence sur un terrain de football. C'était lors d'un match avec sa sélection face à l'Italie en Ligue des nations.

>> Les infos mercato EN DIRECT

Il faut faire un bond en arrière plus important encore pour sa dernière participation en club: c'était le 8 août 2020 lors du 8e de finale retour de la Ligue des champions perdu sur le terrain du FC Barcelone (3-1). Depuis, Milik n'a plus porté le maillot du Napoli. Il est apte physiquement mais le club de Campanie a décidé de... le punir en ne l'inscrivant pas sur la liste des joueurs éligibles à disputer la Serie A et la Ligue des champions. 

Sa faute? Avoir refusé plusieurs offres de prétendants l'été dernier. Ses dirigeants avaient ouvert la porte à un départ après son refus de prolonger son contrat, dont le terme arrive en juin 2021. Ni la Juventus, ni l'AS Rome, ni la Fiorentina n'ont trouvé grâce à ses yeux. Vexés de l'exigence de leur joueur, les dirigeants napolitains ont alors opté pour la manière forte en l'évinçant de toutes les compétitions. 

>> LE MERCATO EN DIRECT

"Le Napoli voulait que je prolonge mon contrat de 5 saisons supplémentaires, alors ils m'ont fait face à un choix: signer ou partir, avait-il expliqué en octobre dernier. J'ai décidé d'essayer quelque chose de nouveau ailleurs et mon agent a reçu l'intérêt de certaines équipes avec lesquelles il y avait des contacts et des discussions. (...) Mais pour permettre à un transfert de réussir, il faut trouver un accord entre les clubs: cela ne s'est pas produit, il n'y avait pas de feu vert du club et je suis donc resté avec Napoli."

Aurelio De Laurentiis, président emblématique du club, aurait été rendu furieux par l'échec de son transfert à l'AS Rome, où il avait passé sa visite médicale avec succès. Le joueur et son agent avaient, eux, pointé la responsabilité sur Naples, coupable de ne pas avoir trouvé d'accord avec la Louve.

Gattuso l'avait prévenu

L'attaquant a toujours clamé son amour pour le club et sa bonne entente avec Gennaro Gattuso, l'entraîneur. Ce dernier s'était montré plus catégorique sur le sujet. "La situation est très claire, moi et le club lui avons demandé de renouveler le contrat, mais il a décidé de ne pas le faire, avait-il expliqué en septembre. Nous avons recruté deux attaquants avec Petagna et Osimhen et s'il ne trouve pas de solution, ce sera dur pour lui." Chose promise, chose due: Milik, titulaire indiscutable la saison dernière quand il n'était pas blessé (14 buts en 35 matchs), s'est retrouvé évincé de toutes les compétitions. 

A six mois de la fin de son contrat, Naples compte sur le marché d'hiver pour tirer quelques millions d'un joueur acheté 32 millions d'euros à l'Ajax en 2016. Selon nos informations, Napoli souhaite que Milik prolonger avant de filer en prêt de 18 mois avec option d'achat vers l'OM. Un accord est proche autour d'une indemnité de 8 millions d'euros, plus 3,5 millions de bonus liés aux résultats de l'OM. 

La crainte de rater l'Euro

Pourquoi Milik, un temps courtisé par l'Atlético de Madrid, serait-il plus enclin à bouger cet hiver qu'à l'été dernier? En raison de l'Euro 2021. Au pays, sa présence dans la sélection interroge en raison de son temps de jeu nul. Comme l'OM, il n'a plus de temps à perdre pour mettre fin à ce feuilleton qui l'a privé de cinq mois de compétition, qui s'ajoutent à ses longues absences pour blessure (genou, aine...) depuis son arrivée en 2016. 

NC