RMC Sport

Serie A: victime d'insultes racistes, Muntari se plaint à l'arbitre... et récolte un carton

Sulley Muntari

Sulley Muntari - AFP

Sulley Muntari, le milieu de terrain de Pescara, a craqué sur le terrain de Cagliari ce dimanche en Serie A. Ciblé par des insultes racistes, le Ghanéen a quitté la pelouse avant le coup de sifflet final. Malgré ses demandes, l'arbitre n'est pas intervenu. Au contraire, ce dernier lui a adressé un carton jaune...

Nouvel épisode de ce genre dans le football italien. Après Mario Balotelli, Samuel Eto'o ou encore Paul Pogba entre autres, Sulley Muntari a été la cible d'injures à caractère raciste ce dimanche lors du match de Serie A de son équipe, Pescara, à Cagliari. Excédé par les cris de singe et autres injures qui lui étaient adressés, le Ghanéen a fini par craquer.

Muntari se plaint, l'arbitre l'avertit

A l'approche du temps additionnel, l'ancien joueur de l'Inter Milan et de l'AC Milan s'est tourné vers Daniele Minelli, l'arbitre de la rencontre, pour lui expliquer qu'il n'en pouvait plus supporter cette situation. Plusieurs fois, il a désigné les tribunes, puis son avant-bras, comme pour montrer sa couleur de peau. Muntari s'est ensuite tourné vers le quatrième arbitre pour lui faire part de ce qu'il entendait.

Ses remarques n'ont rien changé. Et quand Sulley Muntari s'est de nouveau plaint à Daniele Minelli, ce dernier lui a adressé un carton jaune. Le joueur de Pescara a préféré abandonner le terrain, alors qu'il restait quelques minutes à jouer. "Stop, basta", a-t-il répété, tout en montrant son avant-bras aux tribunes et en disant "c'est ma couleur, c'est ma couleur". Dans les colonnes du Corriere dello Sport, son entraîneur Zdenek Zeman a pris sa défense. "Il a bien fait", affirme-t-il, ajoutant que "Muntari a demandé à l'arbitre d'intervenir mais celui-ci n'a rien vu ou entendu". Le compte-rendu du match sur le site de la Ligue italienne indique que Muntari a ensuite reçu un carton rouge.

En 2010, Samuel Eto'o avait fait taire les injures

Sulley Muntari s'est aussi exprimé au quotidien italien. Selon lui, les chants d'insultes ont débuté dès le début du match. Il a bien essayé de rétorquer, mais l'arbitre lui aurait dit de laisser tomber. "Ça m'a mis en colère. Pourquoi ne pas arrêter le match ?", fulmine Muntari. "Les fans avaient tort mais l'arbitre devait agir différemment et ne pas m'accuser. Je ne suis pas une victime. Mais s'ils arrêtent les matches, je suis sûr que ce genre de choses n'arrivera plus", ajoute-t-il.

Ce n'est pas la première fois que de tels faits se produisent à Cagliari. En 2010, la même mésaventure était arrivée à Samuel Eto'o, qui jouait à l'époque à l'Inter Milan. A l'époque, l'arbitre Paolo Tagliavento avait interrompu la rencontre au bout de trois minutes et avait demandé au speaker de faire une annonce : si les insultes continuent, le match sera arrêté. Peu après, Samuel Eto'o avait pris sa revanche en marquant l'unique but du match. Il avait célébré cette réalisation en... imitant un singe.

A lire aussi >> Balotelli: "J'ai dénoncé le racisme pour ceux qui ne peuvent pas s'exprimer"

A lire aussi >> Kévin Reza victime d’insultes racistes sur le Tour de Romandie

Nicolas Bamba