RMC Sport

Dassier : « Deschamps sera au boulot mardi »

-

- - -

Jean-Claude Dassier s’est exprimé en exclusivité dans l’émission Luis Attaque. Le nouveau président de l’OM a notamment confirmé José Anigo et Didier Deschamps à la tête du domaine sportif.

Président, comment allez-vous ?
Ça fait drôle d’être appelé comme ça ! C’est une journée un peu difficile. Il faut dire au revoir aux amis. Vingt-deux ans de présence à TF1, ce n’est pas rien. A Marseille, c’est un nouvel univers. Mais il y a une certaine continuité. A la grande époque de Tapie, TF1 était dans le coup sur la quasi-totalité des matches. Je n’en ai pas raté beaucoup. Ce sont des retrouvailles.

Avez-vous des craintes ?
Un peu d’émotion. J’ai eu beaucoup de personnes au téléphone ce matin. J’ai eu Monsieur le Maire (Jean-Claude Gaudin, ndlr) qui a été d’une grande gentillesse avec moi. Antoine Veyrat est venu me voir. J’ai redit à José Anigo qu’il n’était pas question qu’il nous quitte. J’ai eu Didier Deschamps qui est notre atout numéro un. Je dois encore rencontrer les associations de supporters qui ont un rôle gigantesque à jouer. Nous avons la chance d’avoir des gars formidables et en grand nombre. J’irai faire un saut demain à Marseille. On va commencer à regarder les choses de près. Il y aura une conférence de presse mercredi.

Et Jean-Pierre Bernès ?
Je l’ai eu ce week-end avec Didier (Deschamps). Il me semblait malin de dire qu’un grand pro comme lui vienne travailler avec nous. Dans la structure, il semble que cela pose problème. Je n’insiste pas. Je suis un homme de consensus. Je ne veux pas créer une rivalité qui n’existe pas. Néanmoins, j’imagine que notre camarade, dont chacun connaît la capacité d’efficacité d’intervention sur le marché du football, viendra nous aider quand Didier aura précisé sa demande. Il va travailler avec nous en dehors de la structure pour ne fâcher personne. Le directeur sportif est toujours José Anigo. On ne change rien.

D’où vient le problème avec Jean-Pierre Bernès ?
Je ne sais pas ! Je n’étais pas sur place à Marseille. J’ai peut-être été un peu maladroit dans mes propositions. Bernès, avec Tapie, c’était la grande époque, le tandem du succès. Je pensais que les histoires étaient enterrées et qu’on n’en parlait plus. Jean-Pierre est un grand pro. Il connaît tout le monde dans le football. Il est agent. C’est son business. On aura besoin de lui. Tout le monde en est conscient. On travaillera avec lui dans des conditions qui ne choqueront personne. L’essentiel, c’est qu’on soit tous derrière le club. On a fait une belle saison cette année. On va essayer de faire encore mieux. Gagner une place, ce serait le paradis. Ce qui compte dès demain, c’est l’équipe !

« Travailler à Marseille ne me fait pas peur »

Dans quel état d’esprit est Didier Deschamps ?
Il va bien. Il sera au boulot demain. On va travailler. Il va nous faire part de ses analyses et de ses souhaits. On va essayer de faire ce qu’il faut pour lui donner satisfaction. Je ne dis pas qu’on pourra tout faire, mais on fera le maximum.

Quid de la cohabitation entre José Anigo et Didier Deschamps ?
Ils se sont parlé ce matin. Il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas. Ceux sont tous deux des enfants de Marseille et du club.

Deschamps aurait souhaité la venue de Jean-Pierre Bernès…
Ne vous inquiétez-pas. Laissez-moi arranger tout ça.

Comment ?
Tout le monde va se parler. Ce qui compte, c’est l’unité derrière le club. Les querelles du passé, on s’en fout. José Anigo est directeur sportif. Didier Deschamps est l’entraîneur. Ils ont commencé à discuter ensemble ce matin. Les périodes de changement secouent toujours un peu. C’est normal. J’étais à Paris, pas à Marseille. J’y serai demain. En parlant et en se fréquentant, on arrange les choses, surtout quand on a un objectif commun et c’est le cas : faire une bonne saison.

Qui n’a pas souhaité la venue de Jean-Pierre Bernès, Robert Louis-Dreyfus ou José Anigo ?
Je ne sais pas. Je n’ai pas fait l’analyse de tout ça. Tournez la page s’il vous plait ! L’organigramme ? Antoine Veyrat (directeur général) et José Anigo sont confirmés. Didier Deschamps est l’entraîneur, et je suis leur modeste président. Laissez-moi arriver !

Beaucoup de travail vous attend notamment sur les transferts…
Travailler à Marseille ne me fait pas peur. Concernant les transferts, c’est Didier et José qui s’en occupent. Je n’ai pas mon mot à dire. J’ai à les écouter et à faire en sorte de leur donner satisfaction.

La rédaction - Luis Attaque