RMC Sport

Juventus: du départ de Bonucci à son retour un an plus tard, ça ne s'est pas vraiment bien passé

Après une seule saison passée à l'AC Milan, dont il devait être le nouveau leader, Leonardo Bonucci est déjà de retour à la Juventus Turin. Le défenseur italien avait pourtant quitté la Vieille Dame en raison, notamment, de relations compliquées avec Massimiliano Allegri.

Le "big deal" a donc bien eu lieu. Comme attendu, la Juventus Turin a officialisé jeudi soir les départs vers l’AC Milan de Gonzalo Higuain et Mattia Caldara, et le transfert dans le sens inverse de Leonardo Bonucci. C’est bien ce dernier mouvement qui est le plus surprenant. Car il y a un an, l’Italien avait quitté la Vieille Dame pour devenir la tête de gondole de l’ambitieux projet porté par les Rossoneri. Il était alors déjà difficile de comprendre un tel choix. Arrivé chez les Turinois en 2010, il semblait parti pour rester encore longtemps aux côtés d’Andrea Barzagli et Giorgio Chiellini.

"Pour se donner à 100%, il faut se sentir important, ce qui n'était plus le cas récemment à la Juve. Les gens pensent que c'était la chose la plus frappante, mais ce n'était que le dernier élément d'une longue liste", s’était alors justifié le principal intéressé, recruté pour 42 millions d’euros par l’AC Milan, dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. Une manière de confirmer sa mésentente avec Massimiliano Allegri, qu’il n'avait d'ailleurs pas mentionné dans sa lettre de remerciements adressée à la Juve. La presse italienne faisait état de relations compliquées entre les deux hommes.

Des déclarations qui ne passent pas

Et pourtant, ils vont donc se retrouver à Turin. Interrogé jeudi soir en conférence de presse sur ses retrouvailles à venir, Allegri ne s’est pas montré très expressif, se contentant de qualifier Bonucci de "joueur important". Il n’avait pas été plus bavard au moment de commenter le départ de son joueur il y a un an: "Il a pris sa décision. C’est la décision de Leonardo de partir." Les supporters turinois, eux, s’étaient montrés bien plus expressifs. Considéré comme un traître par une bonne partie d’entre eux, Bonucci n’avait pas été épargné sur les réseaux sociaux.

Le défenseur avait aussi joué avec leurs nerfs en expliquant dans une vidéo de présentation pour le Milan avoir "plus faim" sous ses nouvelles couleurs qu’à la Juve. Il avait aussi promis de "changer l’équilibre", autrement dit de tout donner pour renverser la domination turinoise sur la Serie A. Ses déclarations dans La Gazzetta ("Je ne me vois ni comme un traître ni comme un mercenaire" ou "La vie est faite de cycles") n’étaient non plus très bien passées du côté de la Juve. Pas plus que son attitude lors de son retour au Juventus Stadium, en mars, à l’occasion de la 30e journée de championnat.

Insulté à Turin

Buteur, Bonucci avait laissé éclater sa joie pendant de longues secondes face aux supporters bianconeri. Déjà sifflé avant cette célébration, il avait été hué tout le reste de la rencontre et s’en était plaint au coup de sifflet final. "Avant le match, je me demandais si je devais exulter ou non en cas de but. Mais avec l’accueil que j’ai reçu…", avait-il lâché. Il a eu droit à un accueil tout aussi glacial à son arrivée jeudi au siège du club, où des tifosi lui ont crié "Lave-toi la bouche!" ou encore "Où est Ronaldo? On est là pour Ronaldo, pas pour toi !". Le vestiaire turinois devrait a priori être plus accueillant.

"Leonardo, pour moi, est un ami. On a passé nos vacances ensemble, avec nos familles. Je connais ses qualités", expliquait ainsi récemment Chiellini, au micro d’ESPN. Bonucci, lui, est visiblement décidé à se racheter auprès des supporters turinois, comme le laisse transparaître son message posté ce vendredi sur ses réseaux sociaux: "Chaque voyage se termine par un retour. Je n'oublie certainement pas de remercier qui m'a soutenu et accompagné durant toute cette saison. De la même manière, à partir d'aujourd'hui, je n'oublierai pas de montrer, en travaillant, tout mon désir de revenir dans celle qu'aujourd'hui, je sens être ma maison." Au vu des réactions suscitées par ce message, le chemin vers la rédemption est encore long.

RR