RMC Sport

Mercato: l'interdiction de recrutement d'Angers a été suspendue

Interdit de recrutement pour l'été prochain par la Fifa, comme le Paris FC, pour avoir enfreint le règlement sur les transferts-relais, Angers a indiqué ce lundi que la sanction est suspendue jusqu'à la notification des motivations de la décision.

Finalement, le SCO Angers (L1) et le Paris FC (L2) pourraient avoir le droit de se renforcer durant le mercato estival. Alors que les deux clubs français ont été interdits de recrutement pour un mercato la semaine passée par la commission de discipline de la Fifa pour avoir violé le règlement sur les transferts-relais, le club angevin a indiqué ce lundi que cette sanction est suspendue.

"Concernant la sanction de la commission de discipline de la Fifa, liée à la suspicion de 'transfert-relais', intervenue vendredi dernier, Angers SCO a souhaité connaître les motivations de cette décision, écrit la formation dans un communiqué. Suite à cette demande, la Fifa informe la FFF ainsi que le club d'Angers SCO de la suspension de la décision à compter de ce jour jusqu'à la notification des motivatons de ladite décision."

>> Les infos mercato en direct

Le dossier étant complexe, il faudra surveiller dans les prochaines semaines son évolution. Mais il n'est pas à exclure que la sanction visant les deux clubs soit toujours en suspens lors de l'ouverture du prochain marché des transferts.

Angers a déjà annoncé vouloir faire appel

Le SCO a été sanctionné pour le recrutement en août 2020 de Kevin Bemanga, un mois et demi après sa signature au Paris FC en provenance du Deportivo Xerez (4e division espagnole). La Fifa a dénoncé un "transfert-relais", en vue de contourner les règles concernant l'indemnité de formation.

C'est la première fois que des clubs sont sanctionnés depuis l'entrée en vigueur en 2020 de nouvelles dispositions interdisant ces pratiques. L’instance dirigeante du foot mondial a par ailleurs infligé aux deux clubs une amende de 30.000 francs suisses (27.000 euros).

"Nous venons de l'apprendre et nous sommes en colère, avait réagi à chaud Philippe Caillot, président délégué du SCO Angers. Tout le monde est abasourdi. Ce n'était pas le sens de la transaction. Pour 20.000 euros, nous n'allions pas prendre de tels risques et nous allons bien entendu faire appel. On a la rage. C'est une nouvelle règle et nous avons un peu le sentiment qu'il fallait faire un exemple. Tout le monde est de bonne foi et nous sommes confiants sur l'issue de l'appel."

C.C.