RMC Sport

Portugal, Cristiano Ronaldo : "Le PSG aurait pu l’avoir", selon son biographe

Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo - AFP

Décisif ce mercredi en demi-finales de l’Euro 2016 face au pays de Galles (2-0), Cristiano Ronaldo a eu l’opportunité de rejoindre le PSG selon son biographe. Mais le club parisien n’a pas poussé suffisamment loin ses avances pour s’offrir le Portugais.

Spécialiste reconnu des transferts, de la Liga et de la Premier League, collaborateur de nombreux médias (Sky Sports, AS, Yahoo UK) et auteur de biographies très complètes de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, Guillem Balague était ce mercredi à Paris, où il a notamment déjeuné avec le nouvel entraîneur du PSG, Unai Emery, et rencontré quelques journalistes dans les locaux de sa maison d’édition. L’occasion pour l’Espagnol de raconter en détails à SFR Sport/RMC Sport les dessous du vrai-faux projet du PSG pour tenter d’attirer CR7 dans ses filets.

L’avenir de Cristiano

« Il va renouveler son contrat au Real. Et après Madrid, il ira jouer aux Etats-Unis. Ce qui s’est passé cette année, c’est que lui et le Real ont joué avec l’idée d’un départ dans un autre club. Mais des choses se sont passées. D’abord, ils ont gagné la Ligue des champions. Mais surtout, le PSG n’a pas proposé le genre de montant qui aurait pu convaincre Madrid. Ils étaient intéressés, certes, mais est-ce qu’ils n’étaient pas intéressés juste parce que Jorge Mendes leur a demandé de l’être pour créer cette situation favorable pour son joueur ? Je ne sais pas exactement combien ils ont proposé, autour de 40 ou 50 millions d’euros je pense, mais ce n’était pas assez pour le Real. On peut donc se demander s’ils le voulaient vraiment. Car si c’était le cas, ils auraient pu l’avoir. Il ne faut pas oublier que le PSG a une très bonne relation avec Mendes, qui a intérêt à ce que ce genre d’histoires sortent dans la presse. Et puis il y a eu l’épisode où Ronaldo a parlé tout bas à l’oreille de Laurent Blanc… Tout cela est une façon brillante de créer une atmosphère idéale pour obtenir le transfert que vous voulez. Ou un nouveau contrat. Et il va avoir un nouveau contrat. »

A lire aussi >> Euro 2016 : le record de Ronaldo, la finale pour les Portugais et les chœurs gallois… ce qu’il faut retenir de Portugal-Galles 

Le PSG a-t-il vraiment voulu le recruter ?

« Il y a eu des conversations entre les deux clubs à ce sujet, aucun doute là-dessus. Mais le Real a toujours pensé que le PSG n’était pas vraiment intéressé. Le camp de Ronaldo, lui, a fait des choses pour faire en sorte de faire croire qu’ils étaient intéressés. Je me répète mais oui, ils ont bien flirté avec le PSG. Est-ce que ce dernier était assez intéressé ? Non. Sinon ils auraient offert un montant qui aurait permis de le récupérer. Là, ils en étaient loin. Ils n’ont jamais vraiment tenté de convaincre le Real de le lâcher, ce qui suggère un manque d’intérêt. Mais cela arrangeait le clan Ronaldo de faire croire le contraire. Comme ça, il va pouvoir mieux négocier son nouveau contrat. »

A lire aussi >> Euro 2016 : Ronaldo s'envole et égale Platini

Cristiano a-t-il vraiment voulu quitter le Real ?

« Cette année, Cristiano a vraiment regardé les différentes possibilités car il était un peu fatigué du Real. Il avait envie d’un nouveau challenge. Mais comme l’a dit très justement Johan Cruyff, un jour ou l’autre, il faut dire oui ou non. On peut jouer avec l’idée d’un départ mais il y a un moment où il faut se décider. Et plus on s’est rapproché de ce jour, plus Cristiano s’est dit : ‘‘En fait, je suis bien à Madrid.’’ Parce que c’est le Real, déjà. Il sent aussi peut-être que ses capacités commencent à diminuer mais qu’il restera quoi qu’il arrive une figure d’autorité dans le vestiaire du Real. Est-ce la situation idéale ? Je suis persuadé qu’il pense toujours que certains fans madrilènes ne sont pas derrière lui, qu’il ne leur manquera pas s’il part et qu’ils le voient comme un mercenaire, une expression utilisée par Alfredo Relaño, le directeur du quotidien sportif madrilène AS. Il sent bien qu’il n’a pas un soutien dévoué comme c’est le cas pour Messi à Barcelone. Mais ça s’est amélioré ces 2-3 dernières années. Je suis convaincu, je le sais même, que Florentino Perez n’aime pas vraiment Ronaldo. Mais si Perez est la tête de pont du projet, Cristiano en est le leader dans le jeu et Florentino s’en accommode. »

A lire aussi >> L'Euro de Ronaldo en onze photos

Alexandre Herbinet