RMC Sport
EXCLU RMC SPORT

Son envie de rejouer, son départ de l'Olympiacos, Simakan, la Ligue 1... l'intégrale de l'interview de Kenny Lala

Après deux saisons passées du côté de l'Olympiacos, Kenny Lala a récemment résilié son contrat, faute d'entrer dans les plans de l'entraîneur. L'ancien latéral de Strasbourg s'est confié à RMC Sport, évoquant son ambition de rejouer au plus vite ou l'espoir de voir son pote Mohamed Simakan au Mondial.

Kenny Lala, que s’est-il passé avec l’Olympiacos?

C’est une aventure qui s’est arrêtée brutalement. Au début cela se passait bien, après il y a eu des changements. Cet été, le coach a décidé de recruter et repartir sur de nouvelles bases. Il m’a appelé tardivement. On reprenait le 2 juin, il m’a appelé le 4 pour me dire qu’il ne comptait pas sur moi et qu’il voulait repartir avec quelqu’un d’autre. Je lui ai demandé s’il était sûr de sa décision, il m’a fait part de ses arguments et j’ai respecté la décision même si je ne la comprenais pas. J’ai ensuite joué avec la deuxième équipe en Ligue 2. Ensuite il y a eu encore des changements d’entraîneurs, chacun a voulu ramener ses éléments et au final ça faisait un "surgroupe". Les coachs n’avaient pas trop le temps de voir tous les joueurs. Ils n’ont pas réussi à se qualifier en Ligue des champions (éliminés par la Maccabi Haïfa en barrages ndlr), ils ont joué la Ligue Europa. Au final on a réussi à trouver une solution (résiliation de contrat ndlr). J’aurais pu rester en Ligue 2 mais j’aime le foot, je suis ambitieux, je devais faire un choix et le choix, c’était de me libérer pour trouver un projet qui puisse me convenir.

Cette fin d’aventure ne reflète pas vraiment votre passage en Grèce...

En mai dernier on parlait de prolongation avec le club. Les dirigeants m’avaient contacté… je ne m’étais pas projeté sur le fait de partir. Je me sentais bien, je m’étais bien adapté, j’avais pris goût à la vie là-bas. C’est une déception parce que je n’aime pas partir comme ça. Je n’en veux à personne, c’est le football, c’est comme ça, il ne faut pas mordre la main qui nous a nourri comme on dit. Cela reste une belle expérience, j’ai appris énormément de choses, je retiens plus de positif que de négatif.

Comment vous sentez-vous? Etes-vous prêt à retrouver un nouveau challenge?

Je me sens prêt, je continue de voir le nutritionniste de l’équipe 1. Il m’a dit que j’étais encore mieux que quand je jouais. Si on fait appel à moi je dois être prêt dans la minute qui suit. Je suis motivé à 1000% pour être prêt à jouer. Je suis dans la bonne mentalité. Même si j’ai cassé mon contrat il y a deux semaines je suis dans l’idée d’être prêt si je devais jouer demain. La seule chose qu’il me manque, c’est le terrain, la compétition, les stades remplis.

"Mon entourage me pousse à revenir en France"

Avant d’aller en Grèce, vous étiez très courtisé. Certains des clubs qui vous suivaient sont-ils revenus taper à la porte? Etes-vous en négociation avec certains clubs?

Mes agents travaillent pour ça. Moi je n’ai pas envie d’entendre de "peut-être", ce que je veux, c’est faire la reprise après la Coupe du monde avec mon nouveau club. Même si je m’entrainais avec l’équipe B, ce n’était pas le même objectif. Je me concentre sur le fait de faire la reprise avec mon nouveau club.

Avez-vous une préférence sur le championnat? Aimeriez-vous revenir en France?

Je ne sais pas si j’ai envie de revenir en France. Cette aventure à l’étranger m’a donné goût à découvrir de nouvelles choses. Après je sais qu’en France, j’ai une certaine image, un certain respect. Je ne dirais pas que c’est la facilité parce que c’est toujours le terrain qui parle mais ma famille me dit qu’elle aimerait me revoir en France. Plusieurs personnes de mon entourage me poussent à revenir en France. Personnellement, je ne me ferme aucune porte.

En France vous étiez piston mais aussi à l’aise dans une défense à quatre. Comment a évolué votre jeu?

En venant ici (en Grèce), c’était plus tactique. Il fallait monter vraiment au bout moment… J’ai pu jouer la Ligue Europa et j’ai pu voir que la moindre faute d’inattention ne pardonne pas. Mon jeu a évolué dans le bon sens, j’ai progressé tactiquement sans perdre mes qualités offensives.

Avez-vous continué à suivre le championnat de France de Ligue 1?

Oui, bien sûr. Tous les dimanches, c’est foot. Quand j’ai l’occasion de regarder je regarde. Lens est devenu une équipe solide avec des bases fortes. Je suis aussi Strasbourg même si c’est plus difficile pour eux. J’espere qu’ils vont remonter parce que ça se joue souvent à pas grand-chose. Cela se joue sur des détails à chaque fois comme à Ajaccio où ils menaient 2-0 (avant de s'incliner 4-2).

Didier Deschamps annonce sa liste pour le Mondial ce mercredi. Sur le côté droit c’est assez ouvert. Qui prendriez-vous?

Il y en a un où il n’y a pas photo, c’est Jonathan Clauss la valeur sûre même s’il manque un peu d’expérience. Il n’y a pas photo à son sujet. En deuxième j’aurais bien aimé qu’il nous fasse la surprise Mohamed Simakan. Il est positionné arrière droit à Leipzig ces derniers temps et il a délivré deux ou trois passes décisives et marqué un but. J’aimerais bien Simakan à droite. Pavard a été repositionné dans l’axe donc j’espère que Simakan sera la surprise à droite.

P.B avec Fabrice Hawkins