RMC Sport

Violences dans le foot: le président de l'ACBB explique pourquoi le club suspend ses entraînements

Tous les entraînements prévus ce mercredi à l’Athlétic Club Boulogne-Billancourt (ACBB) ont été annulés afin de protester contre la montée des violences observées sur le bord des terrains ces derniers temps. Pascal Quatrehomme, responsable de la section football du club francilien, était l’invité de BFM Paris pour détailler les raisons de cette prise de position forte.

Aucun joueur de l’Athlétic Club Boulogne-Billancourt (ACBB), toutes catégories confondues, ne chaussera les crampons ce mercredi. Lundi, le club francilien a décidé de suspendre tous les entraînements du club afin de protester contre la montée des violences observées sur le bord des terrains ces derniers temps. Invité de BFM Paris ce mardi, Pascal Quatrehomme, le président de la section football de l’ACBB, a expliqué vouloir marquer les esprits pour que ces incidents cessent.

"On a voulu marquer le coup et sensibiliser le club et tous ses licenciés au respect du rectangle vert et rappeler tout le monde à ses devoirs. Le sport, ce n'est pas que la compétition, il faut accepter quand un enfant est remplaçant, a détaillé le dirigeant francilien. C’est une mesure importante, il fallait vraiment marquer le coup. Il nous est arrivé d’interdire d'entraînement une catégorie, là ça commençait à se généraliser, c’est pour ça qu’il fallait marquer le coup, des U7 aux seniors."

"On essaye d'éduquer des footballeurs et des futurs citoyens"

Sur BFM Paris, Patrice Quatrehomme a ainsi expliqué que les violences verbales des parents envers les éducateurs s’étaient multipliées au cours des derniers mois. "On parle de mots ou d’agressions verbales, quand on interpelle un coach pour lui exprimer son incompréhension, il y a des manières de faire et elles ne sont pas toujours respectées. On est loin de l’agression physique, c’est rassurant, mais il ne faudrait pas qu’on en arrive là", a poursuivi le dirigeant.

"On prend le temps de recevoir tous les parents pour leur expliquer le fonctionnement du club. 98% des parents et des enfants se comportent de manière formidable, mais parfois certains dépassent les limites, a-t-il précisé. Il faut marteler sans cesse le respect de ces règles. C'est le début des opérations, maintenant il va falloir expliquer, communiquer, faire des ateliers, échanger, trouver des solutions. Je pense qu’avec de la communication, tout sera canalisé. On essaye d'éduquer des footballeurs et des futurs citoyens."

Lundi, après un énième dérapage constaté lors d’un match de jeunes au stade Marcel-Bec (Meudon, dans le 92), le comité directeur de l’ACBB avait donc décidé qu’aucun des 1 200 licenciés du club ne pourrait s’entraîner sur les installations du club ce mercredi. "Le gros problème du foot provient des parents. Ils pensent qu’ils ont le futur Mbappé et qu’ils vont s’acheter une villa grâce à l’argent le leur fils", taclait un éducateur interrogé par Le Parisien.

FG avec BFM Paris