RMC Sport

Wenger milite pour organiser l'Euro et le Mondial tous les deux ans

Arsène Wenger, ancien manager d'Arsenal désormais directeur du développement mondial à la Fifa, invite le football à devenir plus responsable et pousse pour organiser l'Euro et la Coupe du monde tous les deux ans.

S'il n'est plus en poste depuis son départ d'Arsenal en 2018, Arsène Wenger reste un personnage incontournable du football. L'ancien manager des Gunners est désormais directeur du développement mondial à la Fifa. A ce titre, il met en garde contre les dérives du ballon rond comme "le dopage et le corruption". Il tire aussi la sonnette d'alarme sur l'accumulation des matchs et prône pour cela une refonte du calendrier avec l'organisation de l'Euro et de la Coupe du monde tous les deux ans, contre quatre actuellement.

"Ça ne nuira pas au prestige de ces compétitions"

Pour lui, la crise sanitaire actuelle "nécessite une réflexion pour réaménager le calendrier", confie-t-il dans Le Parisien. "Est-ce raisonnable, alors que nous nous devons d'être responsables, notamment éco-responsables, de multiplier les voyages pour les trêves internationales?, interroge-t-il. Est-ce en adéquation avec l'évolution de la société? Il faut réorganiser tout cela, regrouper les dates internationales. Une des solutions est sans doute d'organiser la Coupe du monde et l'Euro tous les deux ans et d'arrêter tout le reste. Contrairement à ce que disent certains, ça ne nuira pas au prestige de ces compétitions. La Ligue des champions se tient tous les ans et c'est très prestigieux. Les gens veulent voir des matchs qui comptent, des compétitions qui comptent."

L'Euro pourrait ainsi prendre exemple sur la Coupe d'Afrique des nations (organisée tous les deux ans) dans sa périodicité alors que la Copa America fluctue dans la fréquence de ses éditions, organisées tous les deux ou trois ans. Ce n'est pas le seul sujet d'inquiétude de Wenger, qui milite pour réduire le jeu de têtes à l'entraînement chez les enfants et le limiter chez les adultes.

Il veut aussi limiter les têtes à l'entraînement

"Nous sommes dans le flou quant à certains traumatismes cérébraux, confie l'Alsacien. Aujourd'hui, je me dis qu'en ayant entraîné des joueurs pendant de nombreuses années, j'ai fait des dégâts à l'entraînement. Plus qu'en match d'ailleurs. Quand je repense à toutes les séances de jeu de tête mises en place… Il semble aujourd'hui pertinent de prendre des mesures. Il faut limiter petit à petit le temps consacré au jeu de tête à l'entraînement. Et l'interdire chez les jeunes. Chez les adultes, je ne sais pas… Mais nous devons être très, très vigilants aux conséquences des têtes sur les traumatismes, sur la suite… Il faudra réfléchir à des règles claires sur l'encadrement du jeu de tête."

Le sujet inquiète particulièrement en Angleterre. Ces derniers jours, la Fédération anglaise de football (FA) a d'ailleurs officiellement interdit les têtes chez les enfants.

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport