RMC Sport

Amsalem : "Le CIO doit empêcher les Russes de participer aux Jeux olympiques"

Bernard Amsalem

Bernard Amsalem - AFP

Bernard Amsalem, président de la Fédération française d’athlétisme, était l’invité de l’Intégrale Sports ce jeudi sur RMC pour commenter la décision du tribunal arbitral du sport (TAS) de rejeter l’appel des athlètes russes pour participer aux Jeux olympiques 2016 de Rio. Le patron de l’athlétisme tricolore espère que le CIO ira dans le même sens.

Bernard Amsalem,quelle est votre réaction après la décision du TAS ?

Elle me satisfait, elle nous conforte dans la décision qui a été prise à l’unanimité. Nous avions un rapport édifiant sur le système de dopage d’état de ce pays. Nous sommes très attachés à défendre les valeurs du sport et le dopage est une tricherie inadmissible. J’avais dit que l’athlétisme n’avait pas eu de traitement particulier dans ce pays et que tous les sports russes étaient concernés par cette pratique de dopage d’Etat. Ce rapport McLaren dit clairement les choses. Le CIO doit se prononcer à la fin de la semaine, je regrette qu’il ne l’ait pas fait plus tôt. 

A lire aussi>> JO 2016 : les questions pour comprendre l'exclusion des athlètes russes

Etes-vous favorable à une exclusion des Russes de tous les sports olympiques ?

Je suis pour la justice. Il ne peut pas y avoir des athlètes privés de Jeux et pas d’autres sports dans ce pays où on a érigé le dopage comme instrumentalisation du sport à des fins politiques. Ce n’est plus supportable, il faut que le CIO aille dans le même sens que la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) et empêche les Russes de participer. Quand un athlète se dope, il est suspendu quatre ans. Alors un pays qui fait une faute aussi grave doit être aussi suspendu.

A lire aussi>> JO 2016 : le TAS rejette l'appel des athlètes russes et les prive de Rio

N'est-ce pas injuste pour les athlètes non-concernés ?

Je ne sais pas comment faire la différence entre les athlètes concernés ou non. Quand on bénéficie d’un même système dans un même pays, à un moment de leurs carrières -même si certains ne sont plus concernés- ils sont peut-être passés par le même système russe. Donc je ne peux pas faire la différence ! Si ces athlètes vivent à l’étranger et sont contrôlés par un système européen ou américain, il n’y pas de souci. Moi je pense aux athlètes propres ! Je pense à ceux qui sont frustrés ne pas avoir pu monter sur un podium d’un grand championnat parce que des athlètes russes dopés avaient pris leurs places. C’est eux qu’il faut défendre. 

Etes-vous pour un repêchage à la carte de certains athlètes ?

Oui mais ça sera très limité. Ça va concerner deux ou trois athlètes en athlétisme, pour le reste je n’en sais rien. C’est un système qu’il faut condamner. Il faut faire le ménage. 

Le CIO va-t-il prendre ses responsabilités ?

Je le redoute, le CIO est avant tout politique, plus que sportif. La Russie est un grand pays, avec un grand peuple mais on parle de sport là. Ce n’est que du sport, il faut laisser les athlètes tranquilles et ne pas les manipuler. Il faut que le grand pays comprenne que ces méthodes qui datent de l’Union Soviétique, c’est fini. Il faut que le CIO soit très clair mais je crains le pire. Si le CIO n’est pas assez ferme, les équipes de Russie vont venir aux Jeux. Au Brésil, il y a des problèmes économiques et sociaux, les gens sont à cran là-bas. Et qu’est-ce qu’il va se passer ? On va assister à des match Brésil-Russie ? On va les traiter de tricheurs, de dopés et ça va créer un climat nauséabond. Si on veut que les Jeux Olympiques restent un moment de paix, il faut faire attention à ne pas autoriser les Russes à venir. Sinon vous aurez forcément des problèmes avec la population brésilienne.

A lire aussi>> JO : dix individus soupçonnés de préparer des attentats arrêtés par la police brésilienne

dossier :

Rio 2016