RMC Sport

JO 2016 : les questions pour comprendre l'exclusion des athlètes russes

-

- - AFP

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) vient de rejeter ce jeudi l’appel des athlètes russes pour participer aux JO 2016. Mais le CIO doit encore rendre sa décision dimanche sur le fait d’exclure tous les sportifs russes des Jeux après la parution d’un rapport accablant sur un dopage organisé.

Comment ce scandale de dopage organisé en Russie a-t-il été révélé ?

Le juriste canadien Richard McLaren a présenté un document édifiant contre la Russie. Il était en charge d’étudier, pour l’Agence mondiale antidopage (AMA), le système présumé de dopage organisé lors des JO d’hiver de Sotchi 2014 en Russie.

A lire aussi >> Un rapport accablant dénonce un "système de dopage d'Etat sécurisé" en Russie

D’après ce document d'une centaine de pages, les laboratoires antidopage de Moscou et Sotchi ont protégé les sportifs russes dopés, dans le cadre d'un "système de dopage d'Etat sécurisé" "dirigé, contrôlé et supervisé" par le ministère des Sports russe, "avec l'aide active du FSB, les services secrets russes." Et pas seulement dans l’athlétisme, mais dans 30 disciplines.

A lire aussi >> Le TAS rejette l'appel des athlètes russes et les prive de JO

Quelles sanctions pour la Russie ?

La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) avait déjà prononcé l’exclusion de la Russie des Jeux après une première révélation de dopage et corruption dans cette discipline en novembre 2015. 68 athlètes russes exclus, mais non concernés par l’affaire, ont fait appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport. Lequel a rendu son verdict ce jeudi en rejetant cet appel et en confirmant leur exclusion des prochains JO.

Au vu de l’ampleur du rapport McLaren révélé récemment, le Comité international olympique (CIO) réfléchit aussi à exclure purement et simplement la Russie des JO, et non pas seulement l’athlétisme russe. Il attendait dans un premier temps la décision du TAS sur l’appel des 68 athlètes. Le CIO connaît désormais sa réponse et pourrait se ranger derrière cette décision. Le CIO décidera dimanche 24 juillet après réunion de sa commission exécutive d’une exclusion totale de la Russie ou non.

A lire aussi >> Agnel : "Je suis pour des sanctions plus sévères"

Quelles conséquences sur la délégation russe ?

La "tsarine" de la perche Yelena Isinbayeva ne pourra pas décrocher un troisième titre olympique à Rio: le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne a confirmé jeudi la suspension des athlètes russes. C'est un géant de l'athlétisme qui est privé des JO, le pays qui avait fini deuxième dans cette discipline derrière les Etats-Unis aux Jeux de Londres en 2012.

Pas de Isinbayeva donc, ni de Sergey Shubenkov, le champion du monde du 110 m haies. Tous les athlètes qui avaient fait appel de leur suspension par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) le 17 juin ont été recalés jeudi par le TAS, à l'unanimité de ses trois juges, , ouvrant la voie à une exclusion collective de la Russie par le CIO.

Pourquoi la présence de deux athlètes russes repêchées ?

Malgré l’exclusion des athlètes russes, deux cas particuliers pourront concourir vraisemblablement sous la bannière olympique, ou bannière neutre. Il s’agit des deux athlètes Darya Klishina et Yulia Stepanova. La première est spécialiste du saut en longueur, et a été la seule repêchée par l'IAAF. Sa chance ? Etre basée en Floride, aux Etats-Unis, et avoir donc subi des contrôles antidopage crédibles. La seconde est la lanceuse d'alerte à l'origine de toutes les révélations sur le dopage en Russie après son témoignage à visage découvert dans un documentaire de la chaîne allemande ARD en décembre 2014.

A lire aussi >> JO 2016 : Gasquet forfait, Paire le remplace

Quelles réactions après l’annonce du TAS de confirmer l’exclusion des athlètes russes ?

Les réactions sont évidemment bien différentes entre les instances internationales et la Russie. Au CIO, le président anglais Sebastian Coe a "remercié" le Tribunal arbitral du sport de Lausanne (Suisse) pour son "soutien" face au dopage, après le rejet de l'appel des athlètes russes suspendus pour les Jeux de Rio.

De son côté, la Russie "regrette profondément" la décision du TAS, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Le ministre des Sports Vitali Moutko a ajouté que cette décision est "politique" et "sans fondement juridique". "Je ne peux qu'exprimer ma déception. Nous allons réfléchir aux prochaines étapes".

"Merci à tous d'avoir enterré l'athlétisme. C'est purement politique", a aussi déclaré à l'agence de presse russe TASS la perchiste Yelena Isinbayeva, qui avait l'ambition de remporter un troisième titre olympique à Rio avant de prendre sa retraite sportive.

A lire aussi >> JO 2016 : un record d'athlètes engagés pour la France

Rédaction avec AFP