RMC Sport

Covid: les Jeux olympiques de Tokyo pourraient se dérouler à huis clos

La présidente du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo a confirmé ce vendredi à l’AFP la possibilité de ne voir aucun spectateur lors de l’événement international organisé du 23 juillet au 8 août prochain au Japon, en raison de l’épidémie de coronavirus.

La recrudescence du nombre de cas positif au Covid-19 au Japon a entraîné l’instauration d’un nouvel état d’urgence à Tokyo et dans ses environs. Une situation sanitaire qui pourrait à nouveau bouleverser les Jeux olympiques prévus pendant l’été. Si la compétition internationale n’est pas remise en cause, la présence de spectateurs dans les tribunes parait des plus incertaines et un huis clos est possible.

Il pourrait y avoir une "situation dans laquelle nous ne pourrions pas autoriser de spectateurs" du tout, a reconnu Seiko Hashimoto, présidente du comité d'organisation de Tokyo 2020, pour l’AFP, ajoutant que les Jeux ne seraient un succès que si les organisateurs protégeaient "complètement" les sportifs et la population japonaise.

>> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

Décision finale en juin?

A moins de trois mois du début des JO, le 23 juillet prochain, les organisateurs ne veulent prendre aucun risque et souhaitent organiser un événement "sûr", aussi bien pour les athlètes engagés que pour les spectateurs.

Après avoir interdit la présence de spectateurs venus de l’étranger afin de limiter la propagation du virus dans la péninsule nipponne, les organisateurs pourraient désormais limiter les déplacements de spectateurs japonais. Prévue pour le mois d’avril puis reportée en raison de la multiplication des cas en raison des variants du coronavirus, une décision définitive sur la présence ou non de public devrait être prise pendant le mois de juin selon les médias locaux. Reste également à savoir dans quelles conditions se fera l’accueil des athlètes, alors que plusieurs délégations comme la Corée du Sud ont commencé la vaccination des sportifs en vue des JO. Pour l’instant, la quarantaine pour les participants ne sera cependant pas exigée, et les vaccins ne seront pas obligatoires.

Même à huis clos, même dans une bulle sanitaire et malgré la vive opposition de l’opinion publique au Japon, Seiko Hashimoto espère que les fans seront finalement "contents" de la tenue des JO de Tokyo. Et la patronne du comité d’organisation de conclure: "Mon grand objectif est de préparer les Jeux de manière à ce que les gens voient les choses ainsi".

JGL avec l'AFP