RMC Sport

JO 2016, athlé : Bolt, Lemaitre, Mayer... Stéphane Diagana fait son bilan

Stéphane Diagana

Stéphane Diagana - AFP

Des adieux de la superstar jamaïcaine Usain Blot au superbe bronze de Christophe Lemaitre sur 200m, Stéphane Diagana, champion du monde du 400m haies en 1997, dresse un premier bilan des épreuves d’athlétisme de ces JO de Rio.

Les dernières foulées de Bolt

« Dans la dernière ligne droite du relais 4x100m, il montait les genoux plus haut que jamais, il avait une amplitude, une puissance et en même temps une aisance… On dirait qu’il avait le temps pour faire les choses. Il était énorme sur la fin de course. Il a encore du gaz le vieux. Il était vraiment heureux, soulagé d’avoir rempli son contrat. »

A lire ici >> Bolt se retire comme "le plus grand" (et il va nous manquer)

Le phénomène

« Je suis admiratif de tout. Sa folie, ses 9’’69 à Pékin les bras en croix à 15 mètres de l’arrivée. C’est la première image que tout le monde a de Bolt. On s’est dit, il y a un phénomène qui débarque sur terre. Je suis admiratif de son titre en 2012 sur 100m parce que ça avait été très compliqué. A Rio, il a eu suffisamment d’ego pour croire en ses chances, mais aussi suffisamment de sagesse pour savoir que gagner ici, ça ne pouvait pas se faire comme en 2008. Parce qu’il a vieilli. Il fallait qu’il prenne plus soin de son corps. Il a eu des pépins. Mais comme il était prêt en juin, il a pu gérer et arriver dans de bonnes conditions. »

A lire ici >> Bolt : "J’ai toujours su que j’étais une légende"

La fin de carrière

« Certains parlent de 2017. Mais aujourd’hui pourquoi faire ? Aller aux championnats du monde en 2017, c’est recommencer un cycle. Des médailles de championnat du monde, ça ne manque pas dans son placard. Il faut savoir s’arrêter. Comment, quand… Aller faire quelques meetings comme cela avait été le cas de Carl Lewis en 1997 après les Jeux d’Atlanta ? Il n’a pas envie de décider. »

« Le départ de Bolt va obliger tout le monde à travailler »

La vie sans Bolt

« L’athlé a à perdre et à gagner. C’est tellement facile de vendre l’athlé quand on a Usain Bolt dans un meeting. Quand il ne sera plus là, ça va obliger tout le monde à travailler. J’ai toujours pensé que le théâtre offert à Bolt était trop petit par rapport à son envergure de superstar. On a des athlètes extraordinaires. D’autres sports arrivent à mieux mettre en scène leurs athlètes. L’opportunité du départ de Bolt c’est celle-là. Repenser notre athlétisme pour qu’on puisse mieux mettre en avant les athlètes. Si on organisait mieux les choses, ce serait plus facile de vivre de l’athlétisme pour les athlètes qui y consacrent beaucoup de temps. »

A lire ici >> Usain Bolt était "un peu mort en finale" (et triste pour Paul Pogba)

Le bilan français

« C’est formidable. On a des médailles dans presque toutes discipline, sprint, saut, demi-fond, lancer, épreuve combinée, les haies… C’est un athlé qui brille dans tous les domaines. Cette année, ça a souri. Derrière on a des 4e places, comme celle de Pierre-Ambroise Bosse, magnifique sur 800m. Deux médailles, c’était de la malchance. Six, c’est un peu de réussite. Le niveau de l’équipe de France, ça doit être 4 ou 5 dans un championnat du monde. »

A lire ici >> la France égale son record de médailles de Pékin (et a de sérieuses chances de le battre)

Les médailles tricolores qui l’ont marqué

« Je suis très heureux pour Christophe Lemaitre parce que ça a été très compliqué. C’est quelqu’un d’attachant. C’est un formidable combattant. Il s’est toujours débrouillé pour donner le meilleur de lui-même. J’ai beaucoup de respect pour ça. Celle qui m’a le plus impressionné, c’est celle de Kevin Mayer. C’est phénoménal. Il n’a que 24 ans. On pouvoir vivre de beaux décathlons à l’avenir. »

A lire ici >> Lemaitre décroche une superbe médaille, Bolt fait le doublé

A lire ici >> Thierry Braillard : "RMC fait deux médailles d’argent"

dossier :

JO de Rio 2016

la rédaction