RMC Sport

JO 2016 - Canoë-kayak : Fer reste à quai

Emilie Fer ne défendra pas son titre aux JO de Rio

Emilie Fer ne défendra pas son titre aux JO de Rio - AFP

Emilie Fer ne défendra pas son titre à Rio. La championne olympique de K1 à Londres en 2012 a été battue ce dimanche à Pau par Marie-Zélia Lafont. Klauss et Péché (C2), Gargaud (C1) et Combot (K1) sont les autres élus.

C’est une longue tradition que l’équipe de France de slalom de canoë-kayak devra perpétuer à Rio (5 au 21 août). Abonnés aux podiums olympiques depuis 1992, les Français tenteront de faire aussi bien dans moins de quatre mois. Et comme l’exigent les règles mises en place par la Fédération, c’est à Pau, à l’occasion des championnats de France, que s’est dessinée la sélection qui défendra les chances du slalom au Brésil.

Et à ce petit jeu, la seule Française championne olympique en titre, qui tentait de se qualifier, a perdu gros dans les eaux paloises. Deuxième de la course 1 mercredi, victorieuse de la course 2 vendredi, Emilie Fer n’a pu faire mieux que quatrième ce dimanche, encaissant au passage 8 points de pénalité. La jeune femme de 33 ans ne participera donc pas à ses troisièmes Jeux en K1. Elle laisse ainsi la voie libre à Marie-Zélia Lafont, victorieuse de la course 1, deuxième ce dimanche et invitée à la fête olympique pour la première fois de sa carrière.

Seul le duo Klauss-Péché a déjà participé aux Jeux

Le suspense a également été au rendez-vous chez les hommes. Boris Neveu et Sébastien Combot, champion du monde 2007 et vice-champion du monde 2014, se sont livrés une grosse bataille avec finalement une victoire pour le second, qui a enlevé samedi la manche décisive pour six centièmes. L’explosion de joie pour l’un, les larmes pour l’autre, qui rate son billet olympique pour la deuxième fois d’affilée.

Sous les yeux de Tony Estanguet, triple champion olympique et roi de la discipline (quatre Jeux Olympiques disputés), c’est son ancien rival Denis Gargaud qui a validé son billet en C1. Deux victoires sèches dans les deux premières manches, disputées mardi et jeudi, et le voilà du voyage sans trop trembler. Une victoire qui ne manquera pas de rassurer celui qui peine à briller au très haut niveau. Le suspense était bien plus intense en C2 hommes où les duos Klauss-Péché, Picco-Biso et Cailhol-Scianimanico pouvaient encore tous espérer au matin de la dernière manche ce dimanche. Ce sont finalement Klauss-Péché qui se sont qualifiés. Les deux hommes sont d’ailleurs les seuls à avoir déjà connu les honneurs olympiques (4es à Londres) parmi l’ensemble de la sélection.

P.Ta.