RMC Sport

JO 2016, Ewanjé-Epée : "Mayer majeur"

Maryse Ewanjé-Epée

Maryse Ewanjé-Epée - RMC Sport

Membre de la Dream Team RMC Sport, Maryse Ewanjé-Epée revient sur la grande performance de Kévin Mayer, médaillé d’argent au décathlon derrière Ashton Eaton.

Il a accompli un exploit Kévin Mayer, et ce dès les premières minutes de ses travaux d’Hercule. Engagé dans l’épreuve olympique après une saison frugale où il n’a terminé qu’un seul décathlon pour se qualifier pour Rio, il a géré au compte-goutte ses petits bobos avec son équipe pour performer comme un junior tout au long des deux journées.

De records personnels en meilleures performances de la saison, il abattait un à un ses concurrents pour une remontée vers l’Olympe de plus en plus palpable au fil des épreuves.

A lire aussi >> JO 2016, athlétisme : Mayer, le décathlonien "sans point faible", décroche l'argent !

Ce ne sont pourtant pas les doutes qui l’ont épargné et ses deux coachs, Jean-Yves Cochin et Bertrand Valcin, qui le connaissent parfaitement, ont su gérer le bouillon d’émotions et de craintes de leur poulain titillé par des douleurs récurrentes, pour le maintenir sur les rails de l’Histoire du décathlon avec un grand H.

Parti 9ème après la première épreuve, le 100m où il commençait par une mise en bouche apéritive en descendant pour la seconde fois de sa carrière sous les 11 secondes (10.81), Kevin pointait à la 4ème place à l’issue de la première journée. Ce jeudi, il s’est visiblement réveillé dans les meilleures dispositions puisqu’après avec à nouveau battu son record sur 110 mètres haies, il figurait en bronze provisoire sur les bilans intermédiaires.

A lire aussi >> JO 2016, Ewanjé-Epée : "La belle récompense de l'école des haies françaises"

Encore deux épreuves plus tard et un concours de perche parfait (nouveau record à 5m40) c’était à la seconde place qu’on le retrouvait avec cette fois un matelas de points suffisants pour le mettre à l’abri d’un retour du très performant Canadien Damian Warner. Le coup de tonnerre est venu après le premier jet au lancer du javelot lorsque Kevin Mayer est passé devant Eaton pour quelques dizaines de points avant la réaction du champion olympique sortant qui n’avait jamais été menacé dans ses quêtes d’or depuis quatre saisons. Il n’y a pas vraiment eu de combat sur le 1500 mètres. Kévin devait franchir la ligne d’arrivée six secondes devant Eaton pour devenir champion olympique alors que celui-ci était potentiellement plus fort : autant dire que l’Américain superstar avait décathlon gagné en restant sagement dans la foulée de son jeune challenger pour le déposer sur la ligne d’arrivée. Mais pour l’emporter, Ashton Eaton a dû égaler le record olympique du Tchèque Roman Sebrle établi en 2004 à Athènes (8893 points).

A lire aussi >> JO 2016, Ewanjé-Epée : "Et à la fin, c'est Bolt qui gagne"

Mais en pulvérisant, avec 8834 points, le record de France établi par Christian Plaziat il y a vingt-six ans et en devenant le deuxième Français médaillé olympique depuis Ignace Heinrich en 1948, la belle gueule du décathlon mondial est devenu Kevin Majeur, une désormais légende de l’athlétisme français.

A lire aussi >> JO 2016, athlétisme : Lemaitre décroche une superbe médaille, Bolt fait le doublé

Maryse Ewanjé-Epée