RMC Sport

JO 2016 : Riner et Manaudou pour l'histoire, le démarrage de l'athlé... les immanquables de ce vendredi à Rio

Cinq médailles (quatre bronze, un argent) tricolores jeudi, c’était bien. Mais la France veut se parer d’or ce vendredi. Pour cela, elle abat deux de ses plus grands atouts, Teddy Riner et Florent Manaudou, tous deux en quête d’un deuxième sacre consécutif. A ne pas rater également, les grands débuts de l’athlétisme.

- Les chances de médailles françaises

JUDO

+ de 100kg (H) – à partir de 15h49

Celui que tout le monde attend est enfin là, à quatre combats d’un deuxième sacre olympique qui ferait de lui le plus grand des poids lourds. Teddy Riner (27 ans), immense favori dans la catégorie des plus de 100kg, a rendez-vous avec l’histoire ce vendredi. « Les JO, c’est sur-dimensionnel, estime le porte-drapeau de la délégation tricolore. Il va falloir être concentré, ça va aller très vite. C’est la compet’ où tout le monde a faim, tout le monde est à 300 ou 500 %. J’ai beau en avoir fait deux, je sais qu’il ne faut rien lâcher. »

A lire ici >> Teddy Riner a "un peu le trac" (mais ne craint pas la malédiction du porte-drapeau)

NATATION

50m (H) – 3h44

Jamais un Français n’a réussi à conserver un titre olympique en natation. Florent Manaudou ambitionne d’être celui-là. Jeudi en demies, le « frère de » a montré qui était le patron du 50m avec un chrono canon (21’’32), meilleure perf’ mondiale de la saison. « Je n’ai rien à perdre, j’ai tout gagné, rappelle Manaudou. Je vais me faire plaisir. Si je gagne ou que je fais une médaille tant mieux, si je ne gagne pas tant pis, ce n’est pas grave. Ce n’est que de la piscine comme dirait Camille Lacourt. Il y a plus important dans la vie. C’est sûr qu’on est là pour performer. Mais si ça ne marche pas, ce n’est pas la fin du monde non plus. »

A lire ici >> Manaudou en patron, Phelps légendaire

AVIRON

Deux de couple poids léger (H) – 15h44

Après le bronze du quatre sans barreur hier, l’aviron tricolore espère un métal plus doré lors la finale du deux de couple poids léger ce vendredi. Pierre Houin et Jérémie Azou, champions du monde 2015, y font en effet figure de favoris. En demies, le duo tricolore a confirmé son leadership même s’il faudra se méfier d’Américains plus accrocheurs que prévu.

A lire ici >> la soirée bronzée des Bleus, les phénomènes Biles et Phelps, Manaudou impressionne... les infos de la nuit de jeudi à vendredi

ESCRIME

Fleuret par équipe (H) – à partir de 14h Championne du monde 2014 du fleuret par équipe, la France vise le titre olympique. De l’aventure il y a deux ans, Erwann Le Péchoux et Enzo Lefort connaissent une partie du chemin. Le troisième larron Jérémy Cadot pas encore. Le trio sera opposé à la Chine lors de son entrée en lice en quarts de finale.

- Les stars à suivre

ATHLETISME

Dibaba pour une 4e couronne C’est parti pour l’athlé, avec comme premier temps fort ce vendredi, la finale du 10 000m dames. Triple championne olympique et double tenante du titre sur la distance, Tirunesh Dibaba vise un historique triplé. Pour y parvenir, l’Ethiopienne (31 ans) devra éteindre la concurrence de sa jeune compatriote et rivale Almaz Ayana. On se pressera également pour le 400m masculin dont les séries sont prévues la nuit prochaine (2h05), tout comme celles du 100m femmes (3h40).

NATATION

Phelps (encore)

La question revient chaque jour, à ceci près que le chiffre ne cesse d’augmenter. Récapitulons. Michael Phelps, 22 titres olympiques au compteur, passera t’il à 23 ? Avec le 100m papillon dont la finale est prévue à 3h12, le nageur US, cinquième temps des demies, tient une nouvelle occasion. Huitième chrono des demies, le Français Medhy Metella en sera également.

A lire ici >> Phelps égale un record datant de l’Antiquité

A lire ici >> Michael Phelps impérial, Katie Ledecky et Katinka Hosszu très gourmandes

TENNIS

La Monf’ n’est plus très loin

Tombeur jeudi du Croate Marin Cilic (6-7, 6-3, 6-4), Gaël Monfils affronte le Japonais Kei Nishikori, septième joueur mondial, en quart de finale.

Le coup de cœur de la rédaction

BOXE

A 34 ans, Sarah Ourahmoune entre en lice en -51kg. Dix fois championne de France, championne du monde en 2008, elle est surtout la première boxeuse tricolore qualifiée pour les Jeux Olympiques, la boxe féminine ayant intégré le concert olympique en 2012 à Londres. Boule d’énergie, maman d’une fillette de deux ans, Ourahmoune, en quête d’une médaille, débutera la compétition en huitièmes de finale face à la Marocaine Zohra Ez Zahraoui.

dossier :

JO de Rio 2016

la rédaction