RMC Sport

JO 2016 : Riner veut souffler… avant de se tourner vers Tokyo 2020

-

- - AFP

Teddy Riner découvre à peine sa deuxième médaille d’or olympique décrochée ce vendredi chez les plus de 100kg à Rio, que la question se pose déjà. La légende du judo va-t-elle continuer d’exploser les records jusqu’aux JO 2020 à Tokyo ? Si l’octuple champion du monde de 27 ans veut avant tout partir en vacances, c’est surtout pour mieux revenir.

Le jour ne s’est pas encore levé sur Rio au lendemain du sacre de Teddy Riner chez les plus de 100kg aux JO 2016 qu’on espère déjà le voir embarquer pour Tokyo, décrocher un troisième titre olympique en 2020. L’occasion de dépasser David Douillet (médaille de bronze en 92 et d’or en 1996 et 2000) et d’égaler Tadahiro Nomura (sacré en 1996, 2000 et 2004 chez les moins de 60kg).

A lire aussi >> Riner encore en or, plus grand, plus haut, plus fort !

Si l’octuple champion du monde de 27 ans a bien cet objectif en tête, il compte toutefois s’accorder un moment de répit avant de retrouver les tatamis, comme il l’a confié sur RMC : « La suite, c’est des vacances. J’ai envie de souffler. Tout s’est beaucoup enchaîné ces dernières années. Je vais penser à souffler. Quand j’aurai les idées un peu plus claires, je ferai un check-up avec mes entraîneurs pour savoir quand je reprends, comment va se profiler la prochaine olympiade. Je suis incapable de dire si je vais prendre une année sabbatique, je pense plus à deux, trois mois. »

A lire aussi >> les judokas en or, Manaudou et Phelps battus, Nadal titré… les infos de la nuit dernière

Même son de cloche chez Franck Chambily, son coach : « Tokyo 2020 ? On en a déjà parlé mais après ce deuxième titre il va partir en vacances. On fera un vrai bilan de l’olympiade et surtout les motivations. Mais c’est un peu tôt pour en parler mais je l’espère car un troisième titre à Tokyo ce serait magnifique. »

Douillet : « On en a déjà parlé et il en a très envie »

Une période de repos, un prologue obligé dans cette quête, d’après David Douillet qui espère bien voir Riner le coiffer dans quatre ans : « Il faut qu’il aille à Tokyo en 2020. Il faut qu’il gagne. On en déjà parlé ensemble et il en a très envie. Il y a beaucoup de choses à gérer. Quatre ans c’est court mais c’est long. Il faut conserver la motivation, gérer l’influx et l’envie. Je pense que la recette il va continuer à l’appliquer jusqu’à Tokyo. »

A lire aussi >> toutes les infos sur les JO 2016

la rédaction