RMC Sport

JO 2018: les dernières chances de médailles de la France ce week-end

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - AFP

Alors que les JO de Pyeongchang se terminent dimanche, la délégation tricolore a encore des occasions de décrocher des médailles ce week-end, notamment lors de l'épreuve par équipes en ski alpin et avec Alexis Contin en patinage de vitesse.

Décrocher 20 médailles. C'est l'objectif que s'était fixé la France avant le début des JO de Pyeongchang. Avant d'en accrocher peut-être une nouvelle ce vendredi midi avec le relais hommes en biathlon, la délégation tricolore en compte pour l'instant 15, soit autant qu'à la fin des JO de Sotchi il y a quatre ans. Avant la cérémonie de clôture, dimanche, certains Bleus ont encore quelques chances de monter sur des podiums.

Dufour en slalom géant parallèle (samedi, 1h27)

Il devait entrer en lice jeudi. Mais en raison du vent, les organisateurs ont préféré reporter à samedi les épreuves de slalom géant parallèle en snowboard, obligeant Sylvain Dufour à prendre son mal en patience. Vice-champion du monde en 2009, l'Alsacien participe à Pyeongchang à ses troisièmes JO après avoir échoué à monter sur le podium à Vancouver en 2010 (11e du géant) et à Sotchi en 2014 (16e du géant, 11e du slalom. Neuf fois champion de France et vainqueur de quatre épreuves de Coupe du monde entre 2011 et 2017, il est monté en puissance avant le début des JO en prenant la cinquième place du géant de Bansko, en Bulgarie. Il attaquera les qualifications à partir de 1h27 (heure française) dans une compétition qui oppose à chaque tour deux concurrents, qui s'élancent en même temps.

Sylvain Dufour
Sylvain Dufour © AFP

Le Team Event en ski alpin (samedi, 3h)

Forts de leur statut de champions du monde en titre, les Bleus ont une belle carte à jouer samedi dans l'épreuve par équipes de ski alpin, aussi appelée Team Event. Inscrite pour la première fois cette année au programme des JO, cette compétition consiste en des duels - non mixtes - de slalom parallèle, sur un parcours qui reprend les portes et les fanions du géant. Sacrée l'an dernier à St Moritz face à la Slovaquie, la France sera emmenée par Julien Lizeroux, Alexis Pinturault, Clément Noël, Tessa Worley, Nastasia Noëns et Adeline Baud-Mugnier. Ils ne croiseront ni l'Autrichien Marcel Hirscher, ni l'Américaine Mikaela Shiffrin, qui ont décidé de faire l'impasse sur cette compétition, dont le début des huitièmes de finale est programmé à 3h (heure française).

Parisse et Gaillard en ski de fond (samedi, 6h)

Le fond français a déjà réussi ses JO. Pour la première fois de son histoire, il a décroché deux médailles pendant une même édition. Après le bronze acquis sur le relais 4x10 km par Jean-Marc Gaillard, Maurice Manificat, Clément Parisse et Adrien Backsheider, les Bleus ont terminé troisièmes du sprint par équipes grâce au duo Maurice Manificat - Richard Jouve. Deux d'entre eux seront en lice samedi (6h, heure française) sur le 50 km: Jean-Marc Gaillard, pour sa dernière course olympique, et Clément Parisse, qui avait signé un excellent relais sur le 4x10 km. Maurice Manificat, lui, a choisi de renoncer à cette course pour se concentrer sur sa fin de saison et tenter de conserver son fauteuil de leader du général de la Coupe du monde du 15 km libre. Aucune Française ne s'alignera dimanche sur le 30 km classique.

Contin en patinage de vitesse (samedi, 12h45)

Il attend cette épreuve depuis le début des JO. Seul Français engagé à Pyeongchang en patinage de vitesse, Alexis Contin s'alignera samedi au départ de la mass start, cette course folle où tous les concurrents jouent des coudes sur la glace et qui lui a offert trois médailles mondiales ces trois dernières années. En bronze en 2015 et 2016, puis en argent en 2017, il devra d'abord s'extirper des demi-finales (12h45) dans cette compétition qui consiste à effectuer 16 tours d'une piste de 400 m. Décrocher une médaille serait une belle revanche pour le Malouin, 11e du 5000 m et 22e du 1500 m, contraint de tirer un trait sur les JO il y a quatre ans pour cause d'hyperthyroïdie. Atteint de la maladie de Basedow, qui provoque une auto-agression de la glande thyroïde, il a été opéré de la thyroïde l'an dernier.

Alexis Contin
Alexis Contin © AFP

VIDEO - JO 2018 : à la découverte de l'immense magasin de souvenirs

Rodolphe Ryo