RMC Sport

JO 2018: même introuvables, les préservatifs font déjà beaucoup parler

Des volontaires des JO 2018

Des volontaires des JO 2018 - AFP

110 000 préservatifs vont être distribués pendant les Jeux olympiques de Pyeongchang (Corée du Sud). Une initiative que saluent les sportifs français, même s'ils n'ont pas encore mis la main sur les précieux sésames.

C'est l'un des premiers records battus lors des Jeux olympiques de Pyeongchang. 110 000 préservatifs vont être distribués lors de la compétition, qui s'ouvre ce vendredi en Corée du Sud. C'est 10 000 de plus que lors des deux dernières éditions, à Vancouver (2010) et Sotchi (2014). Cela fait une moyenne impressionnante de 37,6 par athlète. Forcément, cela fait sourire. "Je suis peut-être un peu naïf, mais ça doit être pour faire des bombes à eau", s'amuse le skieur Victor Muffat-Jeandet.

A lire aussi >> JO 2018: les pom-pom girls nord-coréennes sous étroite surveillance

L'initiative est toutefois saluée par les athlètes. "Pour ma part, j’ai un copain donc il n’y pas de tentation, prévient la sauteuse à skis Léa Lamare. Mais je ne savais pas que c’était un record. Je trouve ça très bien qu’il y ait des préservatifs. Si les athlètes veulent s’amuser c'est très bien, mais qu’ils se protègent". "Je suis vraiment concentré sur mes Jeux, ma course, mais s’il y en a qui ont envie de s’amuser et bien qu’ils s’amusent en se protégeant", approuve Thomas Mermillod-Blondin.

"C’est la question que j’ai le plus souvent de mes potes"

Distribués dans le village olympique, le centre de presse et les centres médicaux, ces préservatifs font beaucoup parler mais restent pour le moment introuvables, à deux jours du début des JO. "On n'est pas au village et on n’en a pas vu la couleur encore", lance le skieur Brice Roger. "C’est marrant, il parait qu’il y en a des milliers, mais je n’en ai pas encore vu un", confirme Thomas Mermillod-Blondin.

Lorsqu'ils seront enfin disponibles, il faudra être rapide parce que la demande risque d'être très forte. Et pas forcément pour ce à quoi vous pensez. "C’est la question que j’ai le plus souvent de mes potes, lâche Alexis Pinturault. Sur Tinder et sur les capotes de JO. Ils ne veulent pas savoir si la piste est bien ou tout ça. Donc je vais leur ramener des capotes édition JO." Un cadeau qui peut faire son petit effet... 

A lire aussi >> JO 2018: les dégâts de Pyeongchang pour les commerçants de ski locaux

VIDEO: Une vague de froid s'abat sur Pyeongchang, les organisateurs inquiets

AA avec MM, à Pyeongchang