RMC Sport

JO 2018: qui est Clément Noël, le nouveau prodige du ski français?

Clément Noël

Clément Noël - AFP

Quatrième du slalom à seulement 20 ans, Clément Noël a gagné sa place pour l'épreuve par équipes. Le jeune Vosgien a aussi confirmé son statut de nouvel espoir du ski français, né de son titre de sa victoire aux championnats du monde juniors début février.

"Noël au pied du sapin", "Un cadeau de Noël" ou encore "Noël savoure sa médaille en chocolat". En terminant quatrième du slalom des JO de Pyeongchang dans la nuit de mercredi à jeudi, Clément Noël a gagné le droit de voir les médias s'amuser avec son nom de famille pour trouver le maximum de jeux de mots possibles. Mais il a surtout confirmé son immense potentiel et définitivement convaincu ses entraîneurs de l'aligner samedi pour l'épreuve par équipes, aussi appelée Team Event.

Devenu champion du monde juniors de slalom début février, le jeune Vosgien de 20 ans a été retenu aux côtés de Julien Lizeroux, Alexis Pinturault, Tessa Worley, Nastasia Noëns et Adeline Baud-Mugnier. Une preuve supplémentaire de la fulgurante progression du skieur arrivé à Val d'Isère à 15 ans pour progresser. Il y est hébergé par une famille d’accueil, les Chevallot qui tiennent une boulangerie pâtisserie-chocolaterie, très connue dans la région, et ancien meilleur ouvrier de France. 

Champion de France de slalom depuis ses années benjamin, il devient champion de France senior en 2017, alors qu'il est encore junior. Cette année, il a été incorporé cette année au groupe slalom de Coupe du monde avec Julien Lizeroux, Jean-Baptiste Grange et Robin Buffet. Parfaitement intégré, il n'a pas tardé à se mettre au niveau de ses aînés. Il y est surnommé Flantier (comme Noël Flantier le nom d’emprunt de OSS 117 dans le film Rio ne répond plus). 

Il est proche de Jean-Baptiste Grange, à qui on le compare. Ils partagent le même équipementier (Rossignol pour Grange, Dynastar pour Noël) ce qui leur permet de beaucoup échanger sur le matériel. 

"Un garçon très intelligent"

Du haut de son 1m91, il a marqué ses premiers points en Coupe du monde avec une 20e place à Val d’Isère en décembre dernier, avant de claquer de très bons résultats en Autriche: 8e à Kitzbühel et 6e à Schladming en janvier. Dans ce "temple du slalom", il réalise même le 2e temps de la deuxième manche. 

La tête sur les épaules, Clément Noël n'est pas du genre à se mettre trop de pression. "Il a une super progression. Il skiait déjà vite l’année passée", confie à RMC Simone Del Dio, entraîneur des slalomeurs français, qui parle d'un "garçon très intelligent".

Il est arrivé aux JO très détendu, car son gros objectif de l'hiver était... le Mondial junior à Davos début février. Il y a remporté le titre en gagnant les deux manches et en ayant 2 secondes 77 d’avance sur le deuxième! Il avoue d'ailleurs qu’il avait beaucoup de pression pour cette compétition et beaucoup moins pour les JO. 

A lire aussi >> JO 2018: une médaillée d'or de 15 ans, le skicross français à la peine... l'essentiel de la nuit

"Il a mis en place très vite les choses demandées par le staff. Quand vous avez quelqu’un d’intelligent comme ça, c’est facile de mettre en place les choses qu’on demande. Il a bien compris, il a bien évolué, on est super content de lui. Il a du mérite", poursuit l'Italien, admiratif des progrès accomplis par son protégé. Jeudi, au moment de se présenter face aux médias, le Vosgien avait donné l'impression de ne pas se rendre compte de la portée de sa performance.

"Je ne réalise pas trop parce que ce sont mes premiers JO. Mais je suis plutôt fier de moi. C’est sûr que finir 4e aux JO, ça parle. Je suis content de ma course, c'est la meilleure de la saison", confiait-il au micro de RMC, avant d'ajouter dans un sourire: "Au moins, je vais rentrer chez moi tranquille, sans trop de médias." Après avoir vu le podium lui échapper pour seulement quatre centièmes, le natif de Remiremont (Vosges) aura donc l'occasion de prendre sa revanche samedi avec le Team Event. Avec un premier tour face au Canada à 3h28 (heure française).

VIDEO - L'émotion et la "fierté" de Martin Fourcade après la victoire au biathlon mixte

RR avec Morgan Maury à Pyeongchang