RMC Sport

JO 2021 (natation): l'émotion de Wattel, qui met une claque au record de France

Marie Wattel disputera ce lundi la finale du 100 mètres papillon, où elle pourra avoir des ambitions. A 24 ans, elle a signé le record de France ce dimanche, en remportant sa demi-finale. Après la course, elle a fondu en larmes, submergée par l'émotion.

Tout semble désormais possible pour Marie Wattel, qualifiée pour la finale du 100 mètres papillon. La nageuse française a remporté ce dimanche sa demi-finale, en pulvérisant le record de France (56"16). Une performance qui a surpris lors de ces Jeux olympiques de Tokyo 2021, à commencer par la principale intéressée.

En larmes

"Je voulais tout donner pour rentrer en finale. Dès le début, je me sens bien et je me suis dit: 'Vas-y, surprends-toi, fais-toi rêver'. J'étais à côté d'une fille qui a failli battre le record du monde il y a un mois et je suis devant. Je ne contrôle rien, je donne tout et je vais chercher le chrono, a commenté Marie Wattel quelques minutes après sa performance, au micro de RMC. C'est beaucoup d'émotions."

Marie Wattel n'a pu retenir ses larmes en zone mixte, alors qu'elle a signé la cinquième meilleure performance de l'année, ce qui peut lui permettre de rêver d'une médaille lors de la finale. "C'est ahurissant. Le niveau est très élevé, je voulais élever mon niveau pour être avec les meilleures. Je ne veux pas trop me mettre de pression, a tempéré Wattel. il y a des filles qui ont plus d'expérience. Je n'ai rien caché, j'ai mis cartes sur table. Oui, on peut se permettre de rêver mais je veux surtout nager avec les meilleures nageuses. J'étais un peu déçue hier de ma performance, j'espérais mieux et là c'est au-dessus de ce que j'attendais."

Championne d'Europe au ptrintemps dernier du 100 mètres papillon, Marie Wattel a d'ores et déjà effacé Aurore Mongel (56''89 en 2009) des tablettes, pour s'offrir logiquement son record personnel mais aussi celui français. Lundi à 10h30 locales (03h30 en France), Wattel retrouvera aussi la championne olympique en titre, la Suédoise Sarah Sjöström, longtemps incertaine après s'être fracturée le coude en février.

GL