RMC Sport

JO 2021 (natation): l’incroyable anecdote de Wattel sur sa demi-finale pas prévue

Engagée sur trois épreuves à Tokyo, Marie Wattel avait notamment accroché la demi-finale du 50 mètres nage libre grâce à deux forfaits. Problème? La nageuse française pensait ses Jeux terminés et avait veillé très tard pour faire la fête.

Ah, la vie au village olympique… Si elle n’a pas eu la même saveur à Tokyo que lors des éditions précédentes, crise du Covid oblige, les athlètes ont tout de même pu en profiter. Surtout après la fin de leurs épreuves. Mais il y a aussi eu quelques couacs indépendants de leur volonté. Demandez donc à Marie Wattel. Engagée sur trois épreuves au Japon, la nageuse française de vingt-quatre ans a d’abord signé une sixième place en finale du 100 mètres papillon – distance où elle a battu le record de France aux JO – avant d’être sortie en demi-finale (cinquième place de la sienne) du 100 mètres nage libre. Mais sur le 50 nage libre, sa dernière épreuve, la championne d’Europe 2020 du 100m papillon n’avait pas réussi à passer les séries.

Sans course à venir, elle a donc pu un peu se lâcher. Sauf que… "Sur le 50, honnêtement, il me manquait du jus, a-t-elle raconté dans un live Twitch sur la chaîne Etienne_ce. Je ne passe pas en demi-finale, alors que c’était mon objectif, car je fais le dix-huitième temps des séries. Donc je me dis que mes Jeux sont terminés. Je ne prends même pas la peine de récupérer, je file au self et c’est pizza-Coca à volonté. Je suis en vacances ! Après, il faut savoir qu’il y avait des athlètes qui pouvaient rentrer de l’alcool au village en commandant des Uber Eats ou des choses comme ça. Je fais la fête jusqu’à 3h30-4H du matin mais après, il fallait quand même que je mette mon réveil pour qu’on aille encourager Florent (Manaudou, ndlr)."

L’anecdote se poursuit et verse dans l’incroyable: "Je mets mon réveil à 9h50 et pile poil à mon réveil, j’ai un appel d'Olivier Nicolas de la Fédération. Dans ma tête, je me dis: 'Je suis positive au Covid, ce n’est pas possible, je vais rester quatorze jours en quarantaine à Tokyo, c’est un cauchemar'. Mais il me dit: 'Il y a eu deux forfaits, tu passes en demie sur le 50'. Je me dis d’abord que c’est une blague mais je lui demande c’est à quelle heure. C’était environ 1h45 plus tard. Je prends toutes mes affaires mais je me dis que ce n’est pas possible car j’avais trop mal aux jambes, je n’étais pas dans ma meilleure assiette va-t-on dire… Heureusement, ça va, je n’avais pas trop, trop bu mais j’étais restée toute la nuit debout. J’ai pris plein de cafés pour essayer de me mettre dedans."

Dans le bus la menant à la piscine olympique, Marie Wattel s’apercevra même avoir… oublié son maillot de bain. Elle prendra finalement la septième place de sa demi-finale en 24’’76, devançant la Danoise Julie Kepp Jensen. Pas si mal après si peu de sommeil et quelques verres. La Française n’aura pas disputé la finale du 50. Mais elle gardera un souvenir pour la vie.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport