RMC Sport

JO de Tokyo: Lavillenie explique pourquoi il espère être porte-drapeau

Invité du Super Moscato Show ce mercredi sur RMC, Renaud Lavillenie ne cache pas son envie d'être le porte-drapeau français lors des JO de Tokyo cet été. Ce rôle est pour lui très important car il permet de lancer une certaine "dynamique" dans la compétition.

En lice pour devenir le porte-drapeau de la France aux Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet - 8 août 2021), Renaud Lavillenie a très envie de représenter les couleurs tricolores cet été.

Invité du Super Moscato Show ce mercredi sur RMC, le spécialiste du saut à la perche est revenu sur cette opportunité qui "ne se présente qu'une seule fois" et qu'il souhaiterait saisir : "On sait que c’est un choix qui est assez décisif et assez important parce que c’est une opportunité qui ne se présente qu’une seule fois et qu’il y’a des dizaines et des dizaines de champions olympiques en France et il y’en a qu’un seul qui pourra être avec le drapeau."

Chez les hommes, Renaud Lavillenie aura face à lui Maxime Beaumont (canoë), Samir Aït Saïd (gymnastique) Florent Manaudou (natation) et Astier Nicolas (équitation). Le résultat ne sera connu que dans quelques semaines, la liste des candidats étant soumis au vote du public pendant un mois, du 1er au 30 juin.

"Il ne faut pas se cacher d'avoir l'ambition et la volonté de représenter son pays"

Lors de l'émission du Super Moscato Show, Renaud Lavillenie n'a pas caché son envie de porter le drapeau français à Tokyo : "C’est vrai qu’il ne faut pas se cacher d’avoir l’ambition et la volonté de représenter son pays et d’être le porte-drapeau. Mais dire votez pour moi, je suis meilleur que les autres… si on est tous désigné, c’est qu’on est tous aussi bons. Donc après, c’est en fonction des valeurs qu’on va pouvoir représenter et ce à quoi on va pouvoir s’attacher. D’autres vont plus s’attacher au palmarès, d’autres davantage à l’histoire qu’ils peuvent avoir avec les Jeux olympiques."

L'athlète français est aussi revenu sur l'importance de ce rôle qui semble lui tenir à coeur : "Je pense que la priorité est de démontrer aux personnes, aux athlètes qui vont voter, qu’on est prêt et que l’on a les épaules pour parce que on sait que c’est un rôle qui n’est pas à prendre à la légère et que ce n’est pas juste pour le style. C’est tout de même pour lancer une dynamique, montrer la voie à tous les Français qui vont être au Japon."

Luca Demange