RMC Sport

JO de Tokyo: un syndicat de médecins japonais estime l'organisation des Jeux "impossible"

Compte tenu de la situation sanitaire, un syndicat de médecins hospitaliers japonais a considéré cette semaine comme "impossible" l'organisation des JO de Tokyo (23 juillet-8 août), dans un message au gouvernement.

La majorité de la population nippone est contre leur tenue, et visiblement, le corps médical aussi. Alors que les Jeux olympiques de Tokyo approchent (23 juillet-8 août), un syndicat de médecins hospitaliers japonais a qualifié mercredi leur organisation d'"impossible", dans un message au gouvernement.

"Nous nous opposons fortement à la tenue des Jeux de Tokyo à un moment où les gens dans le monde entier se battent contre le coronavirus", affirment les médecins pour qui "il est impossible de tenir des Jeux sûrs pendant la pandémie".

Pas de lits pour les athlètes malades, selon plusieurs gouverneurs

Ce syndicat, qui représente des docteurs titulaires dans des hôpitaux, est l'une des nombreuses associations médicales au Japon. Il n'a pas indiqué le nombre de ses membres. "Nous ne pouvons pas nier le danger représenté par les nombreuses formes de nouveaux variants du virus qui vont arriver à Tokyo de partout dans le monde", ajoute le communiqué.

Le Japon est actuellement confronté à une quatrième vague d'infections par le virus et de nombreuses zones, y compris la capitale, sont en état d'urgence. Les systèmes de santé sont à nouveau sous pression, les médecins répétant qu'ils manquent cruellement de personnel.

Ces derniers jours, plusieurs gouverneurs de provinces japonaises ont indiqué qu'ils n'attribueraient pas de lits d'hôpitaux à des athlètes malades. Les projets de certaines équipes de s'entraîner au Japon, avant le début des Jeux, ont été annulés.

Les organisateurs répondent qu'ils peuvent garantir des JO en toute sécurité, grâce aux mesures de lutte contre le virus, et s'appuient sur une série de résultats encourageants en matière de tests, notamment pour des athlètes étrangers.

C.C. avec AFP