RMC Sport

JO 2021 (judo): un Algérien déclare forfait pour éviter d'affronter un Israélien

Le drapeau des Jeux olympiques

Le drapeau des Jeux olympiques - AFP

Le judoka algérien Fethi Nourine a décidé de se retirer du tournoi olympique (-73 kg) pour éviter d'affronter un Israélien au deuxième tour.

Le judoka algérien Fethi Nourine (-73 kg) a décidé de déclarer forfait aux Jeux olympiques de Tokyo pour ne pas avoir à affronter un adversaire israélien dans sa partie de tableau, a-t-il annoncé à la télévision algérienne jeudi soir.

Fethi Nourine devait d'abord affronter le Soudanais Mohamed Abdalrasool lundi au premier tour, avant de combattre l'Israélien Tohar Butbul au tour suivant. "Nous avons travaillé dur pour nous qualifier pour les Jeux, mais la cause palestinienne est plus grande que tout cela", a-t-il déclaré à la télévision.

"Nous n’avons pas eu de chance avec le tirage au sort. Le judoka Fethi Nourine est tombé face à un judoka israélien et c’est la raison de son retrait de la compétition", a expliqué l’entraîneur national de l’Algérie, Amar Ben Yekhlef, sur Ennahar TV, rappelant selon des propos rapportés par TSA le refus de la normalisation des relations avec Israël : "Nous refusons la normalisation. Nous avons pris la bonne décision".

Pas une première

Ce n'est pas la première fois que Fethi Nourine se retire d'une compétition pour ces raisons. Il avait également agi de la sorte lors des Mondiaux 2019 de Tokyo. Plusieurs judokas iraniens ont fait de même, leur attitude déclenchant de vives protestations.

Aux JO 2016, à Rio (Brésil), le judoka égyptien Islam El Shahaby avait refusé après sa défaite de serrer la main de l’Israëlien Or Sasson, au 1er tour des -100 kg. En avril dernier, la Fédération internationale de judo a suspendu la Fédération iranienne pour quatre ans, après une première suspension levée par le Tribunal arbitral du sport (TAS). Aucun judoka iranien n’est donc en lice à Tokyo.

Une sanction faisant suite aux Mondiaux de judo 2019, au cours desquels les autorités iraniennes avaient imposé à leur représentant, Saeid Mollaei, de perdre pour ne pas affronter un Israélien. Il combat désormais pour la Mongolie, qui lui a offert la citoyenneté en décembre 2019.

LP avec AFP