RMC Sport

Mondiaux de Judo: le judoka iranien Mollaei a bien été dissuadé d'affronter un Israélien

Saeid Mollaei à Bakou, le 14 mai 2017

Saeid Mollaei à Bakou, le 14 mai 2017 - GLYN KIRK / Baku 2017 / AFP-Services

La Fédération internationale de judo a confirmé, par la voix de son président, que le judoka iranien Saeid Mollaei avait fait l'objet de pressions pour qu'il n'affronte pas l'Israélien Sagi Muki aux championnats du monde.

Le conflit israélo-iranien a bien eu des répercussions sur les Mondiaux de judo à Tokyo. Marius Vizer, le président de la fédération internationale (IJF), a affirmé au journal japonais Asahi Shimbun que le judoka iranien Saeid Mollaei (27 ans) avait reçu des pressions avant sa défaite en demi-finales de la catégorie des moins de 81 kilos.

Opposé au Belge Matthias Casse, mercredi, Saeid Mollaei avait semblé baisser pavillon. Il était apparu moins fort que le matin et durant son combat pour la troisième place. Or, en cas de victoire dans cette demie, l'Iranien aurait affronté en finale l’Israélien Sagi Muki (27 ans). Ce dernier a d'ailleurs fini sacré à la fin de la journée.

La fédération internationale veut protéger Mollaei

Conformément aux soupçons rapidement éveillés, Saeid Mollaei a craint des représailles du pouvoir iranien pour lui et sa famille. La faute aux relations diplomatiques tendues entre les deux pays, compte tenu du refus de l'Iran de reconnaître l'État d'Israël.

La fédération internationale de judo est en première ligne pour essayer de protéger Saeid Mollaei qui a regagné l’Allemagne, loin de Téhéran, qui avait déjà fait pression pour que son judoka ne se rende pas à Tokyo. Marius Vizer a ajouté qu’il espérait que l'Iranien, champion du monde 2018, participe aux Jeux olympiques 2020 sous la bannière des athlètes olympiques réfugiés.

JA avec Morgan Maury