RMC Sport

Coronavirus: pourquoi les nageurs italiens peuvent encore s’entraîner, et pas les Français

Mardi sur RMC, Philipe Lucas, entraîneur de plusieurs nageurs français, s’insurgeait de voir des athlètes d’autres nations continuer à pouvoir s’entraîner, au contraire des Français. En Italie par exemple, les sportifs de haut niveau ont droit à des dérogations malgré le confinement.

Les Jeux olympiques de Tokyo (24 juillet-9 août) maintenus pour le moment, les athlètes tentent de poursuivre leur préparation malgré le confinement. Si la situation est délicate pour l’ensemble des sportifs de haut niveau, elle est encore plus extrême pour les nageurs. Les piscines ayant fermé en France, ils sont quasiment à l’arrêt. Un fait d’autant plus difficile à accepter que d’autres nations permettent à leurs nageurs de continuer à s’entraîner comme les Etats-Unis et même l’Italie, pourtant l’un des pays les plus touchés par le coronavirus.

"Ce que je ne comprends pas, c'est qu'en Italie, où la situation est dramatique, ils s'entraînent dans une piscine où il n'y a personne, pas de public. Ils sont deux ou trois, il y a un entraîneur et ils s'entraînent. En Allemagne, tous ceux qui sont potentiels olympiques s'entraînent, a lancé Philippe Lucas mardi dans le Super Moscato Show sur RMC. Les Jeux, ils vont avoir lieu. Les autres n'en ont rien à bra*** de nos problèmes. Les Japonais s'entraînent, les Chinois se sont toujours entraînés, les Australiens et Américains aussi... Tout le monde s'entraîne. Sauf nous!"

>> Les podcasts du Super Moscato Show

Pellegrini en forme

Et en effet, les Italiens continuent à nager. Federica Pellegrini fréquente ainsi le bassin de Vérone tous les jours. L’Italienne ne resquille pas. Comme les autres athlètes d’élite de son pays, elle bénéficie d’un régime de faveur. Le décret de confinement publié par les autorités italiennes permet aux meilleurs champions de la botte de s’entraîner presque normalement. Des dérogations refusées en France pour les athlètes de haut niveau.

La championne olympique du 200m à Pékin enchaîne ainsi les 100m nage libre à vitesse course, avec même un temps à l’entraînement de 53’’60. Un temps qui selon toute vraisemblance la qualifierait pour les Jeux olympiques même si elle n’a pour l’instant pas son billet pour Tokyo, les qualifications italiennes, qui devaient avoir lieu cette semaine, ayant été annulées. Pendant ce temps-là, les nageurs français sont à l’arrêt ou trouvent refuge chez des particuliers.

MI avec MorganMaury