RMC Sport

Jeux olympiques 2020: le report également demandé par la natation française

En raison de l'épidémie de coronavirus, la Fédération française de natation a demandé ce samedi au CIO d'envisager un report des Jeux olympiques de Tokyo, comme la Fédération américaine la veille. La FFN y voit le meilleur moyen de garantir l'équité sportive entre les athlètes.

Les nageurs français n'ont pas manqué d'interpeller les instances internationales sur l'impossibilité de mener à bien leurs entraînements en raison de la propagation du coronavirus et du confinement général décrété par le gouvernement. Ce samedi, la Fédération française de natation a rejoint leur cause et a demandé au CIO d'envisager un report des Jeux olympiques de Tokyo prévus du 24 juillet au 9 août 2020. Comme la Fédération américaine de natation, la veille.

>> Le sport face au coronavirus, les dernières infos en direct

Garantir l'équité sportive

Bloqués chez eux, les athlètes tricolores n'ont pas obtenu de dérogation pour s'entraîner et craignent d'être défavorisés vis-à-vis de leurs rivaux étrangers. A l'image de la fédération américaine, la FFN a donc appelé le CIO à prendre ses responsabilités dans la gestion de cette crise sanitaire. 

"Les dirigeants de la Fédération Française de Natation appellent le Comité International Olympique à mettre tout en œuvre pour étudier en toute transparence les options de maintien comme de report des Jeux Olympiques de Tokyo, a indiqué l'instance dans un communiqué transmis aux médias ce samedi. Les diverses dispositions de confinement prises pour enrayer l'épidémie dans de nombreux pays ne permettent pas de garantir l'équité sportive dans la préparation de cette compétition."

"Une posture difficilement défendable"

La propagation de l'épidémie de coronavirus dans le monde a conduit à l'annulation ou au report de nombreuses compétitions sportives. La natation bleue a, par exemple, choisi de reporter les championnats de France servant de sélections olympiques jusqu'au mois de juin. "Pour Gilles Sezionale (président de la FFN), maintenir une position ferme quant à la tenue des JO sans même avoir la décence de vouloir évoquer l'option du report, est une posture difficilement défendable", précise encore le communiqué de la Fédération française.

La FFN ne comprend donc pas la position des organisateurs japonais qui souhaitent maintenir coûte que coûte les JO de Tokyo et n'envisagent pour le moment aucun report. De plus en plus de voix se font entendre pour une reprogrammation des Jeux olympiques et le CIO risque de devoir rapidement y répondre. En attendant la grogne monte dans les bassins tricolores.

JGL avec Julien Richard