RMC Sport

Mondiaux de natation: Quelles ambitions pour la France ?

Les championnats du monde de natation en grand bassin débutent ce dimanche à Kazan (Russie). Deux ans après la franche réussite aux Mondiaux de Barcelone (neuf médailles), quelles sont les ambitions tricolores ?

L’équipe de France redescendra-t-elle de son nuage ? Deux ans après le feu d’artifice des Mondiaux de Barcelone, c’est la question que se posent les Bleus avant de plonger dans la piscine de Kazan (Russie). Quatrième nation en Catalogne, avec neuf médailles, dont quatre en or, la France espère continuer de surfer sur la vague du succès, à un an des Jeux Olympiques de Rio. Et ce malgré le forfait de Yannick Agnel, en or il y a deux ans sur le 200m et le 4x100m.

« Je ne vais pas m’engager dans des pronostics de médailles, prévient d’emblée le DTN Jacques Favre. On sait très bien qu’à Barcelone on a eu l’impression de nager à domicile tellement l’équipe de France avait été énorme et avait marqué son territoire. On espère marquer notre territoire aussi encore à Kazan mais la barre est extrêmement haute. Moi j’ai juste envie de dire qu’il n’y a pas de petites victoires pour nous, tout sera bon à prendre. Si les athlètes français sont à leur meilleur niveau et font leurs meilleures performances, on fera les comptes à l’arrivée et je pense qu’on aura quelques belles surprises. » 

Barnier : « Tout est cohérent pour faire une belle campagne »

Avec Florent Manaudou, Camille Lacourt, Jérémy Stravius, le relais 4x100m masculin ou encore Charlotte Bonnet, les possibilités de médailles ne manquent pas. Jacques Favre attend en tout cas que ses troupes performent un peu-dessus de leurs possibilités : « Il y a des courses sur lesquelles on est extrêmement bien placés et il y a des courses où on l’est un peu moins. Si on n’est pas très loin des finales, il faudra rentrer en finale. Si on n’est pas très loin des podiums, il faudra être sur les podiums. Et si on n’est pas très loin des titres, il faudra avoir les titres en question. »

« Tout est cohérent pour faire une belle campagne en Russie, estime Romain Barnier, l’entraîneur de l’équipe de France. Tous les athlètes sont enthousiastes, notamment au niveau de l’organisation. On a rarement vu ça pour un championnat du monde. C’est une très bonne préparation pour les JO de Rio. C’est une très belle étape pour les athlètes. » Observateur toujours très attentif aux résultats de l’équipe de France, Philippe Lucas estime quant à lui que le bilan des Bleus pourrait dépendre des résultats de ce dimanche, « une journée importante, qui lance les championnats. » Cela tombe bien, avec le 4x100m masculin au programme, dont la France est tenante du titre, le calendrier est favorable aux Bleus.