RMC Sport

Natation (France) : un zéro pointé pour commencer

Aucun nageur n’est parvenu à réaliser les minima pour les Jeux Olympiques de Rio, ce mardi lors de la première journée des championnats de France à Montpellier. Les exigences très élevées de la Fédération ont fait leurs premiers déçus.

Lara Grangeon ne savait pas trop sur quel pied danser après son titre de championne de France de natation décroché sur 400m 4 nages, ce mardi à Montpellier. La nageuse du cercle des nageurs calédoniens a battu le record de France, qu’elle détenait déjà depuis le 5 avril 2015. Mais en améliorant cette marque de près d’une seconde (4’36’’61 contre 4’37’’55), elle n’a pas réussi à descendre sous celle des (4’35’’40) fixée par la Fédération française de natation (FFN) pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio.

 « J’ai donné le maximum, j’ai fait ce que j’ai pu. Donc je n’ai rien à regretter, je bats mon record de France de presque une seconde. C’est sûr que le temps était dur, mais à Kazan je rentre en finale à 4mn38, aujourd’hui je fais 4mn36 ça montre que j’ai progressé et il me reste d’autres épreuves cette semaine. Je vais essayer de m’accrocher et décrocher mon billet pour Rio sur une autre course. Les minima sont très durs, mais si on fait le temps on sait que l’on vise une médaille à Rio. C’est ce qui est demandé par la Fédération, c’est dur mais c’est comme ça, il faut faire avec. »

Wattel : « C’est vraiment élitiste »

Dans l’œil du cyclone de nombreux nageurs, ces minima très exigeants fixés par la FFN après des Mondiaux de Kazan décevants en août 2015 ont fait leurs premières victimes. Car aucun autre nageur engagé dans les quatre finales du jour n’a réussi à descendre en dessous des barres fixées très bas. Le premier déçu se nomme Damien Joly, trop lent de deux secondes sur 1 500m (14’59’’42 contre des minima à 14’57’’19).

Le scénario s’est répété pour Lara Grangeon donc, mais aussi pour Ganesh Pedurand (2’00’’52), sacré sur 200m 4 nages mais trop court pour Rio (minima à 1’58’’09). Marie Wattel (58''38), elle, a été battue par l’Américaine Kelsi Worrell mais aussi par le chrono (minima 57''67). « Les temps sont très durs, et je pense que c’est vraiment élitiste, regrette cette dernière. Ça permet aussi de se surpasser pour certains même si aujourd’hui ça n’a pas trop payé mais ça va payer par la suite. Si tu veux faire une finale aux Jeux et du haut niveau c’est ça qu’il faut faire. Ça nous montre qu’il y a encore du travail à faire. »

NC avec JRi à Montpellier