RMC Sport

Natation: Manaudou pense aux JO 2024, après un nouveau break?

Dans une interview exclusive accordée à Réveil Matin Céline, ce vendredi sur RMC Sport News, Florent Manaudou confie que la perspective de disputer les Jeux Olympiques de Paris en 2024 ne le laisse pas insensible. Il évoque aussi l’idée de faire un nouveau break.

Florent Manaudou s’est confié pour la première fois depuis l’annonce de la sortie de sa retraite sportive en mars dernier, ce vendredi dans l’émission Réveil Matin Céline, sur RMC Sport News. Le champion olympique sur 50m nage libre à Londres en 2012 vise une médaille lors des JO de Tokyo en 2020. Mais pense aussi plus loin: aux JO qui auront lieu à Paris en 2024.

"Peut-être que je ferai un break après Tokyo"

"Paris, bien sûr, c’est motivant mais je ne sais même pas quand est-ce que je vais faire ma première compétition donc ça me parait hyper loin, a-t-il confié avec une idée en tête. Peut-être que je ferai un break après Tokyo, mais peut-être que ce ne sera pas le même genre de break et que je nagerai trois fois par semaine. Peut-être que je ferai deux ans comme je vais le faire jusqu’à Tokyo. Peut-être que je reprendrai très fort avant Paris ou peut-être que je n’aurai plus envie. Je ne sais pas du tout. 

Cette petite graine qui est dans mon cerveau et qui me dit: ‘les Jeux sont à Paris’ et que physiquement, je sais que je peux être capable de nager vite, forcément ça donne envie mais c’est tellement loin que c’est dur de se projeter."

En 2016, le nageur avait décidé de mettre un terme à sa carrière dans la natation avant de revenir sur sa décision en mars dernier. Depuis, il a repris l’entraînement sous les ordres de son ancien entraîneur à Marseille, le Britannique James Gibson. Il n’a pas encore repris la compétition mais a retrouvé le plaisir de s'entraîner.

Le point sur ses forces

"Je ne sais pas si je dirais que j’aime nager mais je prends du plaisir dans l’effort aux entraînements, poursuit-il. Je n’ai pas encore fait de compétition mais je suis dans une période où je m’entraîne sans savoir ce que je vaux. Je fais des choses très bien et d’autres beaucoup moins bien qu’avant. J’ai encore de la vitesse, j’ai fait un test où j’arrive à produire de l’acide lactique, ce qui veut dire que j’arrive à nager vite. Il me manque des choses, le côté un peu aquatique. J’ai un peu perdu mon départ parce que, pendant deux ans au hand, j’ai bossé de manière verticale. Il faut que je rechange tout. Ça bosse et je suis content de le faire."

Il a gardé une certaine liberté

S’il a repris l’entraînement, Manaudou confie aussi avoir gardé une certaine liberté qu’il avait retrouvée lors de son break. "C’était mon envie, confie-t-il. J’ai repris pour être dans quelque chose que j’ai choisi et pas pour être dans un cadre imposé. Je sais que c’est faisable pour du 50m. Je suis sprinteur, je vais avoir 29 ans. Je pense que ce projet peut aboutir sur quelque chose de beau. J’ai envie de garder une certaine part de liberté parce que c’est de la natation, c’est du sport. C’est mon métier bien sûr mais je pense que, dans la vie, quand on est heureux, on est plus performant. Quand on est bien, on fait mieux son job. Moi, mon job, c’est de nager et si je suis bien dans ma tête, je nagerai plus vite et ça, je crois que James l’a compris."

NC