RMC Sport

PSG: "Une injustice", Paredes répond aux critiques sur ses débuts à Paris

Lorsqu'il est arrivé à Paris, Leandro Paredes a dû essuyer de nombreuses critiques, certains observateurs le percevant comme "une erreur de casting". Dans une interview au JDD, l'Argentin est revenu sur cet épisode et sur sa montée en puissance avec Paris.

Leandro Paredes n'a pas oublié les critiques consécutives à sa signature avec Paris. En janvier 2019, son arrivée en provenance du Zenit Saint-Petersbourg contre un chèque de 40 millions avait fait grincer pas mal de dents dans le monde du football. L'international argentin (26 ans), passé par Empoli et la Roma, a très vite été décrit comme une erreur de casting.

Deux ans plus tard, Paredes s'épanouit dans l'entrejeu parisien, surtout depuis l'arrivée de son compatriote Mauricio Pochettino sur le banc du PSG en janvier dernier. Membre indéboulonnable du onze du coach argentin, il a pris confiance et rayonne par sa vista. "Ceux qui ont parlé d'échec à propos de mon transfert ont commis une injustice. Aujourd'hui, le nouvel entraîneur me donne beaucoup de confiance et de liberté pour jouer. Avec lui, je joue mon jeu. Ces derniers temps, je suis à l'aise et j'apporte davantage", s'est-il félicité dans les colonnes du JDD.

"L'adaptation n'a pas été simple"

S'il s'épanouit aujourd'hui à 100% dans la capitale, l'Argentin concède avoir éprouvé quelques difficultés au moment de son arrivée au PSG. "L'adaptation n'a pas été simple. De l'extérieur, on n'imagine pas la difficulté de s'intégrer à un groupe déjà en place. Les gens critiquent sans savoir", a-t-il ajouté à nos confrère du JDD.

Dans la même interview, Paredes revient également sur la qualification poussive du PSG contre le Barça en 8e de finale de Ligue des champions, mercredi. Après avoir balayé les Catalans au Camp Nou (4-1), les Parisiens ont beaucoup souffert au Parc des Princes (1-1) : "Au retour, nous avons tenté une approche différente et tout ne s'est pas passé comme on voulait. Parfois, il faut s'adapter et faire le dos rond. C'est une vertu de savoir souffrir", estime le milieu de terrain. Ses premiers pas sous le maillot parisien en sont le meilleur exemple.

FG