RMC Sport

Double Contact - Kalash: "Avec Benzema, on débriefe tous ses matchs"

RMC Sport a sa rubrique "culture-sport" baptisée "Double Contact". Tout au long de l’année, on vous propose des entretiens intimes et décalés, avec des artistes qui font l’actualité. A l’occasion de la sortie de son projet "Tombolo", on a rencontré Kalash. L’artiste martiniquais nous parle de son amitié avec Karim Benzema, de sa rencontre avec Zinédine Zidane et de la hargne de Marco Verratti.

Côtoyer un probable futur Ballon d’or est déjà une expérience rare. Mais débriefer ses matchs avec lui relève du privilège. Kalash a cette chance depuis quelques mois. L’artiste martiniquais est un ami proche de Karim Benzema. Et il échange très souvent avec l’avant-centre du Real Madrid, auteur d’une saison époustouflante marquée par un nouveau sacre en Ligue des champions.

"On se parle presque tous les jours et surtout les jours de grands matchs. Avant et après les rencontres, confie le chanteur de 34 ans. Il a une confiance de ouf et à chaque fois ça marche. Il me dit: ‘Aujourd’hui, j’en mets deux, trois. Je lui dis: ‘Comment tu fais?’ (…) Quand je le vois sur le terrain, je comprends mieux ce qui se passe. Il y a des matchs où il me dit que c’était vraiment très dur. Le match à City cette saison (défaite 4-3 en demi-finale aller de Ligue des champions, ndlr), il m’a dit que c’était vraiment chaud. Il y a un autre match, on ne va pas dire contre quelle équipe (sourire), où il m’a dit qu’il s’est baladé."

Une virée en jet ski à Noël

"Il me raconte un peu ce qu’il a ressenti sur le terrain, si c’était difficile, poursuit-il. J’aime bien lui donner de la force parce que les joueurs sont parfois dans des périodes où les gens mettent beaucoup de pression sur eux, mais ils ne leur demandent jamais si ça va, comment ils se sentent."

La connexion s’est faite il y a quelques années en Martinique, d’où est originaire Kalash. C’est ce qu’il nous explique quand on le rencontre après la sortie de son projet "Tombolo" (disponible depuis fin avril). Benzema était dans les Antilles pour les vacances d’hiver. "Le jour de Noël, on m’appelle en me disant: ‘Il y a Karim qui est au pays, il demande si tu peux lui trouver des jet skis’. Du coup, j’en ai trouvé et on a fait du jet ski toute la journée. On a mangé. On a bien rigolé. Il y avait sa famille. Et depuis, on ne s’est pas lâchés."

"Verratti, c’est un acharné"

Kalash s’est ensuite rendu plusieurs fois en Espagne, dans la maison de son pote, au centre d’entraînement du Real et à Bernabeu. Mais c’est à Paris qu'il a pu croiser Zinédine Zidane, alors coach du club merengue. Le temps de lui glisser quelques mots et de prendre une photo collector. "Une de mes rencontres les plus impressionnantes", souffle Kalash, grand supporter du PSG.

Après avoir été initié par son père à l’époque de Bernard Lama (lui aussi Antillais, originaire de Guyane), celui qui s’est fait connaître dans le dancehall est tombé sous le charme de Ronaldinho. Avant de se prendre d’affection pour Marco Verratti. "Je le kiffe. Il est combatif. Il a la hargne. Il ne lâche pas jusqu’à la fin. Souvent, on dit qu’il faut le sortir à la 60e par rapport à son cardio, mais dans les grandes rencontres, il est au rendez-vous. Je trouve que c’est un acharné. On dirait un taureau. Il est tout le temps sur les ballons, il ne lâche pas. Il se sacrifie pour l’équipe. Il se jette. Il est investi pour l’équipe."

"J’ai hâte de voir ce que deviendra Mbappé"

Kalash (qui sera en concert le 29 novembre à l'Accor Arena de Paris) a pu discuter à plusieurs reprises avec le milieu de terrain italien lors d’événements où il s’est rendu en compagnie de Layvin Kurzawa, dont il a fait la connaissance lors d’un de ses concerts à La Cigale (une salle du nord de Paris): "Verratti est super gentil, souriant avec tout le monde. Ça m’a l’air d’être un gars super cool."

Comme tous les Parisiens, il se réjouit que Kylian Mbappé est choisi de rester dans sa ville natale malgré la cour assidue du Real Madrid: "J’ai hâte de voir ce qu’il deviendra dans l’histoire. Parce qu’il est incroyable quand il est sur le terrain. Il a une façon de se déplacer, de voir et de changer le cours du jeu, on dirait que c’est trop facile pour lui. Plus le temps passe, plus il est impressionnant. On dirait qu’il a cinq poumons. Des gars comme ça, aussi complets, il y en a une fois tous les dix ans. Il est vraiment fort, il peut jouer partout. Je le trouve très mature. Il me rappelle Zlatan, mais en plus réfléchi et moins nerveux".

>> Découvrez tous les entretiens "Double Contact" en cliquant ici

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport