RMC Sport

Bordeaux-Racing: Jalibert offre la victoire à l'UBB après la sirène

L’Union Bordeaux-Bègles a battu le Racing 92 (24-21) ce samedi en quart de finale de Champions Cup. Au terme d’un match poussif et d’une grosse bataille, Matthieu Jalibert a remporté le duel des buteurs pour offrir une première demi-finale à l’équipe girondine. Après la sirène, au terme d'une fin de match folle.

L’UBB a mis fin au rêve européen du Racing 92 ce dimanche. Le club bordelais s’est imposé à domicile face au club franciliens (24-21) lors du premier quart de finale franco-français de la saison en Champions Cup. Finalistes en 2016, 2018 et 2020, les Franciliens quittent la compétition prématurément.

>> Revivez Bordeaux-Racing (24-21)

Déjà handicapée par de nombreuses absences (Finn Russell, Henry Chavancy, Fabien Sanconnie ou encore Virimi Vakatawa), l’équipe entraînée par Laurent Travers a également perdu Camille Chat, touché à la cheville et remplacé après seulement trente secondes de jeu. Le début d’une après-midi compliquée pour les Racingmen.

Un match décevant

Sur un faux-rythme, ce quart de finale européen a déçu. On était bien loin des chocs spectaculaires remportés par le Racing contre contre Edimbourg (56-3) et par Bordeaux face à Bristol (36-17) le week-end dernier. Les blocs défensifs particulièrement efficaces, couplés à des approximations offensives, n’ont pas aidé à lancer le match. Il a fallu s’en remettre aux buteurs: Matthieu Jalibert d’un côté, et Antoine Gibert et surtout Maxime Machenaud de l’autre. Le carton jaune pour Rémi Lamerat, auteur d’un croc-en-jambe volontaire sur Juan Imhoff (35e), n’a pas suffi à débloquer ce quart de Champions Cup. Derrière, Machine Machenaud a raté l’occasion d’offrir l’avantage au Racing 92 avant la mi-temps (9-9, 40e).

"Ils savent qu’ils sont en difficulté quand on arrive à mettre de la vitesse, a analysé Matthieu Jalibert à la mi-temps de ce quart de finale pour beIN Sports. Forcément quand on a le ballon, ils essayent de nous ralentir et d’être toujours à la limite. Cela a marché. On est trop indisciplinés dans notre jeu et par nos fautes. On va essayer de rectifier cela."

Jalibert a le dernier mot

En vain. Après le retour des vestiaires, Bordeaux a encore tenté de faire la différence mais s’est heurté à la grosse défense des joueurs franciliens. Le duel de buteur entre l’ouvreur international et Maxime Machenaud s’est encore poursuivi pendant une vingtaine de minutes.

Deux nouvelles pénalités réussies par le demi de mêlée, autant pour Jalibert et le mano a mano a continué. Profitant de la sortie de Machenaud, Matthieu Jalibert a finalement remporté le match et redonné l’avantage à l’UBB avant le final de ce quart européen (18-15 61e).

Le jaune (qui aurait peut-être mérité le rouge) reçu par le troisième-ligne Baptiste Chouzenoux aurait pu faire basculer la rencontre en faveur de l’UBB. Mais non. La faute au premier raté de Matthieu Jailbert sur sa tentative à environ 50 mètres des perches (8/9 au total).

Entré en jeu à la place de Maxime Machenaud, Teddy Iribaren a parfaitement suppléé son coéquipier et entretenu le suspense sur une nouvelle pénalité (18-18, 68e). Mais comme son partenaire, le demi de mêlée remplaçant du Racing a fini par s’incliner sur une dernière pénalité de Matthieu Jalibert à plus de 50 mètres après la sirène.

"C’est un quart de finale tout simplement. Cela s’est joué à peu de choses et cela nous sourit. Je suis content. L’équipe a été incroyable. Je suis heureux de les récompenser, a savouré l’ouveur pour beIN Sports. C’est une compétition grandiose. Quand on gagne la Coupe d’Europe c’est que l’on est la meilleure équipe d’Europe. On va tout donner pour aller le plus loin possible."

Un dernier coup de pied qui a scellé la victoire de l’UBB et permet à la bande Christophe Urios de rêver à un premier titre en Champions Cup. Les Racingmen attendront encore.

JGL