RMC Sport

Coupe du monde: Lâcher France-Angleterre? Hors de question pour les joueurs

Le vainqueur de France-Angleterre, samedi (10h15), pourrait bénéficier d’un tableau plus compliqué que le perdant, avec notamment la possibilité d’affronter les Blacks en demies. Mais les joueurs des deux camps s’en moquent et veulent se jauger face au rival tant détester.

A moins que le typhon Hagibi ne règle définitivement la question, le choc entre la France et l’Angleterre pourrait se transformer en un jeu de dupes, samedi (10h15). Aucun des acteurs ne l'imagine. C’est même l’inverse: Anglais comme Français ne veulent pas lâcher ce match. Une question d’honneur entre deux nations qui se détestent. "On a envie de les crever", a dégainé Emerick Setiano. Dans les faits pourtant, ce match entre deux équipes déjà qualifiées pour les quarts pourrait avantager le perdant. 

Les Blacks se profileraient pour le premier

Le premier du groupe, l’Angleterre actuellement, affronterait en quart le deuxième de la poule D, qui pourrait être l’Australie, battue par le pays de Galles, avant d’éventuellement retrouver le monstre néo-zélandais en demi-finale. Pour le deuxième, le parcours semblerait un peu plus accessible même si le pays de Galles serait un adversaire coriace avant une possible demie face à l’Afrique du Sud, puissante mais moins effrayante que les Blacks. Ces calculs d’apothicaire, personne le les fait publiquement. 

Les Anglais veulent "faire un résultat"

Ben Youngs, demi de mêlée anglais, promet "une motivation différente" pour le XV de la Rose que celle qui animera les Français, humiliés lors du dernier Tournoi des 6 Nations (44-8). Joe Launchbury, son coéquipier, ne semble pas plus disposé à lever le pied face aux Bleus. "Nous avons parlé de l’importance de chaque match dans une Coupe du monde, souligne le deuxième ligne. Nous préparons chaque match pour faire un résultat. Nous sentons notre progression à travers nos trois dernières performances. Tous les gars sont prêts à faire une grande performance et à progresser semaine après semaine."

Alldritt: "Ce ne sera pas un match lâché"

Dans leurs déclarations, les deux équipes ne semblent pas tentées de se livrer au jeu es supputations. Et pensent davantage à profiter de ce choc pour monter en puissance avant les quarts. "Il va falloir élever notre niveau dès ce week-end, confirme Grégory Alldritt. Il va falloir qu’on sorte un gros match face aux Anglais pour préparer ce quart de finale plus sereinement. C’est un crunch. Ce ne sera pas un match lâché. C’est un match de Coupe du monde face aux Anglais, c’est énorme à vivre. On va faire le maximum pour aller chercher cette première place."

Fickou: "Le but quand on met le maillot, c’est de gagner"

"C’est un match à part, surtout en Coupe du monde même si l’enjeu est mince puisque les deux équipes seront en quarts de finale, mais la rivalité est toujours aussi forte, situe Gaël Fickou. On a à cœur de faire un gros match. Les deux équipes qu’on rencontrera en quarts sont de grandes équipes. On veut gagner tous les matchs de la Coupe du monde. Le but quand on met le maillot, c’est de gagner. Surtout face à une équipe très solide, on n’a rien à perdre, on va se donner à 200%." Pas question de lâcher donc. A moins que le typhon qui se dirige sur Tokyo n’annule la rencontre et le fige sur un score de 0-0. Les calculs et les déclarations n’auront alors servi à rien.

NC avec Jean-François Paturaud, Wilfried Templier et Sarah Griffon