RMC Sport

France-Roumanie: les tops et les flops

Morgan Parra félicite Sofiane Guitoune

Morgan Parra félicite Sofiane Guitoune - AFP

Le XV de France s’est laborieusement imposé face à la Roumanie (38-11), ce mercredi. Si les « coiffeurs » ont longtemps balbutié, certains ont marqué des points comme Morgan Parra ou Sofiane Guitoune. D’autres ont peiné, à l’instar de Dimitri Szarzewski ou Gaël Fickou.

TOPS

Sofiane Guitoune

Avec le forfait de Yoann Huget pour la fin de la Coupe du monde, une place est à prendre sur l’aile. Le joueur de l’Union Bordeaux-Bègles (30e, 66e) a profité de sa titularisation face à la Roumanie pour inscrire un doublé et offrir le bonus offensif aux Bleus. Une statistique qui lui permet de marquer des points. Sa grosse défense sur Fercu (37e) en première mi-temps témoigne aussi de son activité.

Morgan Parra

Si Philippe Saint-André semble avoir fixé Sébastien Tillous-Borde comme titulaire au poste, Morgan Parra a tout fait pour lui démontrer qu’il avait tort. Et sans un déchet énorme de ses coéquipiers, l’impact du demi de mêlée aurait été plus facilement quantifiable. Le Clermontois a collé au ballon et tenté d’imprimer un vrai dynamisme par des sorties de balle rapide. Auteur d’un sans-faute au pied dans des conditions délicates (9 points, 4/4 dont trois tentatives depuis le bord de touche), l’ancien Berjallien a rendu une excellente copie. Son coup de pied par-dessus trop long dans l’en-but a été sa seule fausse note de la soirée (50e).

Bernard Le Roux

A la manière de Sébastien Chabal lors du Mondial 2007, Bernard Le Roux, troisième ligne de métier, a grimpé d’un cran sur le terrain. Et le joueur du Racing 92 a été plutôt à son avantage à un poste qu’il découvrait. Le Sud-Africain a d’abord sauvé les Bleus en ceinturant Vlaicu (19e), qui filait à l’essai.

FLOPS

Dimitri Szarzewski

Relégué derrière Guilhem Guirado dans la hiérarchie des talonneurs, Dimitri Szarzewski a vécu une soirée compliquée entre lancers en touche perdus (deux en première mi-temps) et un jeu au sol mal négocié (23e, 36e). Le capitaine d’un soir n’a pas marqué de points et n’a pas été ménagé non puisqu’il est sorti sur saignement (32e). Une mauvaise soirée pour le joueur du Racing 92.

Le turn-over de Saint-André

En effectuant 13 changements dans son XV par rapport à celui qui a débuté face à l’Italie, Philippe Saint-André a largement contribué à apporter de la confusion dans l’équipe. Et cela s’est largement ressenti dans les lancements de jeu hésitants et des initiatives personnelles souvent vaines. Les Bleus ont surtout brillé par leur incapacité à enchainer les temps de jeu avec cette précipitation qui les caractérisent tant.

Gaël Fickou

Son essai en fin de match lui permet de conclure sur une bonne note. Avant cela, le Toulousain avait illustré les difficultés des Bleus à développer leurs actions. Moins perforateur que Mathieu Bastareaud, il s’est souvent empalé sur la défense avec des difficultés à libérer son ballon. La deuxième mi-temps n’a fait qu’accentuer ce sentiment de gâchis avec une perte de balle (40e), une passe manque vers l’aile (46e) ou un en avant (51) qui ont couté des points à l’équipe. Et à lui aussi.