RMC Sport

Covid: Laporte annonce la suspension du rugby amateur jusqu'au 10 janvier

Président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte annonce ce lundi soir la suspension des compétitions de rugby amateur jusqu'au 10 janvier en raison du contexte sanitaire.

Plus de deux mois de pause forcée. Les compétitions de rugby amateur ne reprendront pas avant le 10 janvier, au mieux, à cause du Covid-19. C'est ce qu'a annoncé Bernard Laporte ce lundi soir. Seuls le Top 14 et la Pro D2 se poursuivent, donc. "Ce n’est pas de gaieté de cœur que je dois faire une annonce difficile : à partir de ce jour, les compétitions de rugby amateur sont suspendues jusqu’au 10 janvier 2021, écrit le président de la Fédération française de rugby sur Facebook. Cette suspension répond à une obligation légale stricte."

"Dès la fin du confinement, planifié à ce jour au 1er décembre, nos clubs pourront rouvrir pour permettre l’activité, ajoute Bernard Laporte. La Fédération travaille d’ores et déjà sur le protocole de reprise d’activité sportive que vous avez expérimenté il y a quelques mois. Une communication officielle aura lieu en temps voulu pour vous donner la marche à suivre."

"C’est une décision de suspension que je prends avec tristesse, mais il faut y voir l’opportunité de reprendre des forces pour repartir de plus belle en fin d’année, explique le président de la FFR. Vous savez pouvoir compter sur votre Fédération pour vous accompagner tout au long de ce chemin."

Un petit espoir de dérogations pour la Nationale et le championnat féminin

Seul petit espoir, pour la Nationale (3e division) et le championnat de France féminin notamment, la possibilité d'obtenir des dérogations. "Certaines compétitions comme la Nationale Masculine, l’Élite 1 Féminine, et les compétitions Espoirs REICHEL pourraient faire l’objet auprès des autorités de demandes de dérogation. Nous sommes en train de les consulter afin de connaître leur position", indique Bernard Laporte.

"Ces compétitions sont susceptibles d’entrer dans le périmètre des dérogations données à certains publics prioritaires comme les sportifs professionnels et de haut-niveau, ajoute-t-il. Pour toutes les autres, je le répète nous devons nous résoudre à interrompre à nouveau notre pratique pour suivre les directives gouvernementales."

LP