RMC Sport

Coupe du monde féminine: Caroline Drouin raconte la semaine qui a suivi sa pénalité manquée contre la Nouvelle-Zélande

Auteure d’une grande performance ce samedi contre le Canada en "petite finale" de la Coupe du monde féminine de rugby (36-0), la joueuse des Bleues Caroline Drouin est revenue sur sa pénalité manquée contre la Nouvelle-Zélande en demi-finale, et la semaine qui a suivi cette déception.

Ce moment restera marqué à tout jamais dans la mémoire de Caroline Drouin. Samedi dernier, en demi-finale du Mondial contre la Nouvelle-Zélande, l’ouvreuse du XV de France a la lourde charge de taper la pénalité de la gagne à la 80e minute, alors que les Bleues sont menées 25-24. Son pied peut offrir la première finale de Coupe du monde dans l’histoire française. Mais sa tentative passe à côté. Et vous devinez bien que les jours qui ont suivi cette défaite ont été compliqués pour la joueuse du Stade Rennais... 

“Le groupe m’a énormément aidé”

Le début de semaine a été rude, et pas seulement pour Drouin, mais pour tout le groupe. En conséquence, le staff avait donné deux jours de repos aux Bleues, dimanche et lundi en l'occurrence, avant de reprendre l’entraînement. "Le groupe m’a énormément aidé, j’ai reçu énormément de messages de soutien", raconte Caroline Drouin à propos de son début de semaine.

"Quand tu es une compétitrice et que tu loupes une pénalité à la dernière minute d’une demi-finale, c’est forcément dur, poursuit l’ouvreuse. Ce n’est pas quelque chose que je pourrais oublier. Je voulais montrer, qu’en dépit de ne pas avoir été la grande championne que je voulais la semaine dernière, je savais basculer." C’est chose faite avec une très belle performance contre les Canadiennes ce samedi lors du match pour la troisième place (36-0).

Elle a retenté la pénalité lors du captain’s run

En zone mixte après la petite finale, la N°10 a le sourire, et pour cause, elle préfère positiver : "Ça ne me hantera pas forcément. Mais, ça fait partie de la construction de ma carrière. C’est un fait de jeu. Des fois, ils sont positifs, là, ça n’était pas le cas. Ça me fera grandir parce que je ferai tout pour ne pas revivre un scénario pareil."

Et elle glisse même une petite anecdote sur cette pénalité manquée et sur la manière dont elle l’a surmontée. "On est venu faire le captain’s run ce vendredi sur le terrain et j’avais à cœur de retaper cette même pénalité au même endroit." Cette fois, elle l'a mise. "Pauline (Bourdon) court et crie un peu partout parce que je la passe et elle crie partout dans le stade 'on est en finale'", raconte Drouin. Une manière de plaisanter de ce malheureux épisode. Et d'exorciser la chose.

Gauthier Baudin, en Nouvelle-Zélande