RMC Sport

France-Angleterre : "Cruncher les rosbifs", la dernière motivation des Bleus

Battu en Ecosse dimanche (29-18), le XV de France reçoit l’Angleterre ce samedi (21h) en clôture du Tournoi des VI Nations. Une rencontre sans grand enjeu sportif pour les Bleus, hormis le fait de priver le XV de la Rose d’un premier Grand Chelem depuis 2003. Suffisant pour se sublimer ?

Ils rêvaient d’une « finale ». De quatre-vingt minutes pour décider du nom du vainqueur du Tournoi des VI Nations 2016. Ils auront finalement droit à un match à pression, uniquement pour éviter une troisième défaite en cinq matchs qui ferait vraiment tâche. Ce samedi (21h), les Bleus recevront l’Angleterre au Stade de France pour un match sans véritable enjeu sportif, si ce n’est d’empêcher leur meilleur ennemi de réaliser leur premier Grand Chelem depuis 2003.

« On ne va pas se focaliser sur ça, tempère Scott Spedding. Il faut qu’on se focalise sur notre jeu. Pour le moment on n’a pas perdu chez nous, c’est positif. On peut finir le Tournoi sur une victoire chez nous. Il y a assez de motivation, on n’a pas besoin de beaucoup parler des Anglais ». « « Les Anglais on les connaît, on n’a pas besoin de parler d’eux, poursuit le capitaine Guilhem Guirado. Je pense que le groupe va se remobiliser pour finir au mieux ce Tournoi. » 

Maestri : « On va surtout faire profil bas »

Tristement battu par l’Ecosse dimanche (29-18), le XV de France ne part franchement pas avec la faveur des pronostics, malgré deux victoires lors de ses deux premiers matchs à domicile, contre l’Italie (23-21) et l’Irlande (10-9). « Les Anglais dominent amplement ce Tournoi donc le match sera très dur, prévient Guy Novès. Mais quoi qu’il arrive on sera meilleurs qu’aujourd’hui (contre l’Ecosse, ndlr). On part de loin, il y a beaucoup de travail. Ceux qui veulent être patients le sont, ceux qui n’ont pas envie de l’être ne le seront pas et honnêtement je m’en moque un petit peu. »

D’ailleurs pour Maxime Mermoz, Angleterre ou pas, « il faut gagner le match, il n’y a pas à réfléchir ». Un état d’esprit partagé par Yoann Maestri : « Ils en sont à quatre victoires et nous deux victoires et deux défaites. Donc on va faire surtout profil bas, on ne va pas se gargariser et on va voir samedi soir ce qu’il en est. » Les supporters des Bleus ont également hâte de voir…

la rédaction avec LD et P.Ta