RMC Sport

France-Irlande : Fickou mis sur orbite ?

Gaël Fickou

Gaël Fickou - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Titulaire pour la première fois dans le Tournoi face à l’Irlande (18h), Gaël Fickou aura la responsabilité samedi de dynamiser le jeu du XV de France. Une première attendue pour le Toulousain, véritable phénomène de précocité.

On pourrait croire à une première. La faute à son utilisation ultra parcimonieuse dans le Tournoi jusqu’à présent. Cinq minutes contre l’Angleterre. Sept contre l’Italie. Neuf au pays de Galles. Et, enfin, dix contre l’Ecosse. Avant la juste récompense, le Graal tant espéré : une titularisation ce samedi, au centre, contre l’Irlande, en clôture des VI Nations. Si Gaël Fickou a déjà étrenné une cape de titulaire en Bleu (à 19 ans), face aux Tonga (tournée de novembre), c’est bien ce samedi que sa présence dans le XV de départ de Philippe Saint-André fait le plus jaser.

Pourquoi ? Pour cet essai décisif inscrit contre le XV de la Rose (26-24), choc qu’il aura marqué de la trace désormais indélébile de sa classe. « Il m’avait impressionné quelques mois plus tôt contre Leicester (ndlr, en H Cup avec Toulouse), confie l’entraîneur des arrières tricolores Patrice Lagisquet. Tuilagi l’avait percuté une première fois, cela l’avait déstabilisé. Mais quand Tuilagi est revenu, plusieurs fois après, c’est Gaël qui a pris le dessus dans les plaquages. »

Le gamin n’est donc pas seulement un créateur d’espaces. Mais un solide défenseur également. Une « véritable machine à apprendre », dixit son sélectionneur, Philippe Saint-André. Loin de son visage de bambin au regard endormi. « Sa présence est une suite logique, expliquait Saint-André jeudi, après l’annonce du XV titulaire contre l’Irlande. Il a le bonheur de nous amener sa jeunesse, sa vitesse, son insouciance, son flair. Il s’entend très bien avec Mathieu Bastareaud. »

Face au légendaire O'Driscoll

La complicité des deux joueurs, coéquipiers pendant une saison à Toulon, devrait aider Fickou samedi. L’originaire de La Seyne-sur-Mer (Var) ne cache pas son excitation. « J'attendais ça depuis le début des VI Nations, confie celui qui aura 20 ans le 26 mars prochain. Je n'ai pas eu ma chance face à l'Ecosse, je l'ai contre l'Irlande. Ça fait partie d'une étape de ma progression. C'est aussi une responsabilité en plus. »

Et un sacré passage de témoin, aussi. Au Stade de France, Gaël Fickou croisera la route d’un certain Brian O’Driscoll. 35 ans. 141e et dernière cape internationale. Une légende du rugby mondial. « C'est un honneur pour moi de pouvoir l'affronter, insiste Fickou. Je ne sais pas si dans quatorze ans, je serai au même niveau que le sien aujourd’hui. Mais si je peux avoir son aisance et sa facilité dans sa façon de faire…» Tous les rêves sont permis. Après tout, sans cette croissance accélérée, il aurait très bien pu se retrouver à… Tarbes, ce week-end, pour tenter de décrocher le Grand Chelem avec l’équipe de France des moins de 20 ans.

A lire aussi :

>> Papé : « Tout à gagner sur ce match »

>> Le XV de France va-t-il marquer au minimum un essai face à l'Irlande ?

>> XV de France : PSA abat la carte Fickou

A.D avec L.D