RMC Sport

Laporte : "La force de Dusautoir, c’était son exemplarité"

-

- - -

Thierry Dusautoir annonce sa retraite internationale dans un entretien accordé à l’Equipe à paraître ce samedi. Membre de la Dream Team RMC Sport, Bernard Laporte a offert au joueur de Toulouse sa première sélection en 2006 et salue l’exemplarité du désormais ex-capitaine des Bleus.

« Thierry Dusautoir, c’est un monument qui nous quitte. Avec 80 sélections, énormément de capitanats en équipe de France, neuf ans au très haut niveau. Mais il le fallait sans doute un peu. C’est un garçon intelligent, il a 34 ans, ce qui veut dire qu’il en aura 38 à la prochaine Coupe du monde. Et physiquement, ce sera très difficile d’aller la jouer. Je pense qu’il a pris une décision sage. Comme il l’est. Je ne le savais pas mais je m’attendais à ce qu’il dise "ça se termine".

Au départ, c’était le pendant de Serge Betsen : très gros plaqueur, gros gratteur. Mais c’est quelqu’un d’assez introverti, pas quelqu’un qui parle beaucoup. Petit à petit, il a gagné en maturité. Et c’est quelqu’un d’intelligent, qu’on a envie de suivre parce qu’il a toujours le mot juste. Il est toujours exemplaire sur le terrain. Ce qui faisait sa force, c’était son exemplarité. Ce n’était pas un grand meneur d’hommes au sens de parler… C’était "suivez-moi, je vais vous guider". Peu de paroles mais des mots bien pesés.

« Maestri me semble capable de prendre le relais de Dusautoir »

On ne choisit jamais sa sortie. Il aurait certainement désiré une autre sortie que cette défaite en quarts de finale du Mondial contre les All Blacks, mais c’est comme ça. Ça use, l’équipe de France. Jouer sur les deux tableaux, aussi. Pour un joueur comme Thierry, qui a 80 sélections, la seule qui compte, c’est la Coupe du monde. Pourquoi aller refaire un Tournoi ? C’est bien que les Bleus tournent la page avec les "anciens" et qu’ils bâtissent en vue de 2019, comme l’ont fait d’autres nations. Je pense que c’est ce qui a amené sa retraite internationale.

Il a dû tout bien peser et il doit être usé, parce que c’est un joueur qui donnait beaucoup. Il doit se dire qu’enchaîner des matches de Top 14, de coupe d’Europe et d’équipe de France, ça va être compliqué pour son corps. S’il a envie de jouer encore deux, trois ou quatre ans au haut niveau, il va se consacrer à son club. J’espère qu’il y a des successeurs chez les Bleus. Certains ont déjà pris le leadership autour de Thierry, comme Maestri, qui me semble capable de prendre ce relais. Ce n’est pas le seul relais mais il fait partie des candidats au poste de capitaine de l’équipe de France pour les quatre ans à venir. »