RMC Sport

Lombard : "Serge Kampf se retrouvait dans le monde du rugby"

-

- - -

Thomas Lombard, membre de la Dream Team RMC Sport, regrette la perte de Serge Kampf, mécène du rugby français décédé ce mardi. Il souligne l’importance de l’homme d’affaires, tout en mettant en avant sa pudeur et sa générosité désintéressée.

« On perd l’un des personnages les plus généreux et les plus bienfaisants qu’il m’ait été donné de croiser dans le monde du rugby. C’est un incroyable soutien, mêlé d’un personnage d’une pudeur et d’une simplicité rares. Bien qu’il ait eu une vie extrêmement riche et remplie avec des responsabilités autrement plus importantes que celles d’un joueur de rugby, il était en permanence à l’écoute et au soutien de n’importe quel joueur. Qu’il soit amateur ou professionnel.

C’était aussi un endroit dans lequel il se sentait bien parce qu’il avait trouvé un accueil particulier et un état d’esprit qui correspondait aux valeurs qu’ils se faisait de l’amitié et du bien-être entre les gens. C’était peut-être aussi une coquille pour lui dans un monde des affaires qui est parfois impitoyable. C’était quelqu’un qui forçait le respect, qui était écouté dans le rugby mais qui avait un détachement et une discrétion qui tranchaient.

« Il avait une vision stratégique importante »

On a souvent dit qu’il ne prenait part à aucune décision mais qu’aucune décision ne se prenait sans lui. Ça résume l’importance et le poids qu’il pouvait avoir. Dès lors qu’il y avait un dossier important, on voulait avoir la validation et l’avis de Serge. Il était toujours de bon conseil et il avait une vision stratégique importante. C’est une grosse perte pour tout le monde.

Il se retrouvait dans le monde du rugby. Il avait un rapport à l’argent qui était complètement désintéressé. Il avait compris que la philosophie du rugby, c’était de partager des choses ensemble. Il s’inscrivait là-dedans. Même s’il n’était pas sur le terrain, il était toujours à proximité et même jusque dans l’intimité d’un vestiaire, parce que c’est là qu’il était bien et qu’il trouvait du plaisir. »