RMC Sport

Procès Laporte-Altrad: le président de la FFR condamné à 2 ans de prison

Le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, et Mohed Altrad, PDG du groupe éponyme et patron du club de Montpellier, ont été condamnés mardi à des peines de prison avec sursis pour avoir noué un pacte de corruption en 2017.

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu son jugement dans l’affaire de corruption Laporte-Altrad. Poursuivi pour six infractions au total et reconnu coupable sur quatre d'entre elles, Bernard Laporte a été condamné à deux ans de prison avec sursis, plus 75.000 euros d'amende, pour avoir rendu une série d'arbitrages favorables au groupe Altrad - dont l'octroi du sponsoring maillot du XV de France - après avoir perçu de sa part 180.000 euros en mars 2017 pour un contrat d'image jamais exécuté.

>> Procès Laporte-Altrad: les infos EN DIRECT

Le président de la FFR a été déclaré coupable de prise illégale d'intérêts sur la signature au nom de la FFR du contrat avec AIA, la holding du groupe Altrad. Mais également coupable du délit de trafic d'influence, de recel d’abus de biens sociaux et de corruption passive dans quatre interventions*. "Chacune de ses interventions est guidée par un parti pris envers Mohed Altrad", selon le tribunal, qui a pointé du doigt le comportement de Bernard Laporte.

Des peines légèrement en-deçà des réquisitions du parquet

Le président de la Fédération française de rugby a aussi été condamné à deux ans d'interdiction d'exercer toute fonction en lien avec le rugby. Bernard Laporte a décidé d'interjeter appel de cette décision. L'exécution provisoire n'ayant pas été prononcée, il restera président de la Fédération le temps que son appel soit examiné. Celui-ci a ainsi indiqué son intention de faire appel de ces décisions.

Mohed Altrad a lui été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 55.000 euros d'amende pour corruption active, trafic d'influence et abus de biens sociaux. A l'encontre des deux dirigeants, qui contestent les faits, l'accusation avait requis trois ans d'emprisonnement, dont un ferme, et a appelé à interdire pendant deux ans à Bernard Laporte d'exercer une fonction dans le rugby et à Mohed Altrad, PDG du géant éponyme du BTP, de gérer une société. Lui aussi devrait faire appel.

Serge Simon, vice-président de la FFR, a lui été relaxé pour les soupçons de prise illégale d'intérêts qui pesaient sur lui.

*Vote en faveur du rachat de Gloucester, contrat partenariat France 2023, report du match MHR-Racing 92, signature du contrat du maillot XV de France

QM avec JFP