RMC Sport

Rugby: la FFR a rencontré Assa Koïta, qui estime avoir été écartée des Bleues en raison de son voile

La Fédération française de rugby a organisé une rencontre entre la sélectionneure du XV de France, Annick Hayraud, et Assa Koïta, ancienne internationale qui estime avoir été écartée de la sélection en raison  de son voile.

Après les accusations par presse interposée, la Fédération française de rugby (FFR) a décidé de crever l'abcès en interne. L'instance a publié un communiqué dans lequel elle indique avoir organisé une rencontre entre Serge Simon, son vice-président, Assa Koïta, ancienne deuxième ligne du XV de France, et Annick Hayraud, sélectionneure. Une réunion en réaction aux propos de la joueuse estimant avoir été écartée du XV de France à partir du jour où elle s'est mise à porter le voile

"La discussion fut constructive, se félicite le communiqué. Annick Hayraud a reconnu, dans le cadre d’une discussion avec Assa Koïta sur sa non-sélection, avoir exprimé des propos sur le port du voile et sur la religion en général. Elle a expliqué que ces propos n’avaient pas influencé le processus de sélection. Le sélectionneur et la joueuse se sont ensuite entretenues en tête à tête pour discuter paisiblement sur la question et ont décidé communément de considérer cet épisode clos, démontrant l’intelligence et la convergence de valeurs de deux femmes sportives et citoyennes avant tout."

Koïta va mener des travaux avec la Fédération

La Fédération ajoute "avoir pris des mesures et se positionner fermement sur le sujet". Assa Koïta, qui a pris sa retraite à 29 ans en 2020, a accepté "de mener des travaux dans le cadre de la Commission Fédérale de Lutte contre les Discriminations", annonce la FFR.

"Je me réjouis d’avoir reçu Assa Koïta, dont les déclarations nous ont permis une remise en question et nous permettront un travail concernant ce sujet, explique Serge Simon dans le communiqué. Il était de notre devoir de l’écouter et de l’accompagner. L’échange avec Annick a permis de clarifié la situation. Son témoignage, son caractère direct et sincère, ses convictions, vont permettre à la Fédération de conforter ses actions de sensibilisation à la tolérance et au respect de l’autre. Toutes les joueuses et les joueurs victimes ou se sentant victimes de discrimination trouveront toujours une écoute et du soutien auprès de leur fédération. L’engagement d’Assa est en cela une formidable opportunité pour renforcer nos valeurs et nous faire grandir."

Dans une interview accordée à L'Equipe à l'été 2020, Koïta avait fait part de ses doutes sur es raisons de son absence de sélection depuis 2015. "C'est mon ressenti, je laisse les gens se faire leur idée, avait-elle déclaré. Je sors d'une Coupe du monde où je suis élue dans le quinze mondial, on continue à m'appeler en équipe de France et, au moment où je mets un foulard, on ne m'appelle plus, avait ainsi expliqué la principale intéressée pour L'Equipe au moment de raccrocher les crampons. J'étais au top de ma forme et j'ai continué à l'être: pendant la saison 2018-19, mes coéquipières me disaient que j'étais meilleure qu'en 2014."

Des propos qu'elle a réitérés sur beIN Sports la semaine dernière. La sélectionneure Annick Hayraud, en poste depuis 2017 après l'avoir déjà été entre 2011 et 2014, avait démenti avoir basé son choix de ne pas retenir Koïta en raison de son voile, dans une interview accordée à Rugbyrama.

NC