RMC Sport

Stade Français: Chauvin sera honoré sur tous les terrains de Coupe d'Europe

Stade Français (Top 14)

Stade Français (Top 14) - AFP

Décédé mercredi des suites d'un plaquage en Top 14 espoirs avec le Stade Français, le jeune Nicolas Chauvin sera célébré sur tous les terrains de Coupe d'Europe ce weekend. Des minutes de silence seront ainsi respectées.

Tous les clubs engagés en Coupe d'Europe, en Challenge européen ou en Bouclier continental respecteront une minute d'applaudissements en hommage à Nicolas Chauvin, Espoir du Stade Français décédé mercredi après un plaquage en plein match, a indiqué ce vendredi l'organisateur de ces compétitions.

Ces hommages auront lieu avant le coup d'envoi de chaque rencontre, a précisé l'European Professional Club Rugby, qui "tient à présenter ses sincères condoléances à la famille et aux proches de Nicolas Chauvin, ainsi qu'à tous les joueurs et membres du staff du Stade Français Paris". 

Le rugby français se joindra à l'hommage

La Fédération française (FFR) et la Ligue (LNR) avaient déjà invité jeudi l'ensemble des clubs français, professionnels ou amateurs, à respecter une minute d'applaudissements durant le week-end. 

Chauvin est décédé mercredi soir au CHU Pellegrin de Bordeaux après avoir "été victime d'un traumatisme cervical qui a occasionné un arrêt cardiaque et une anoxie cérébrale", selon le club de la capitale.

Le jeune joueur, âgé de 18 ans, ne s'était pas relevé d'un plaquage intervenu autour de la 5e minute du match face aux Espoirs de Bordeaux-Bègles, dimanche au stade Moga de Bègles, que l'arbitre avait immédiatement arrêté.

Ce nouveau décès d'un jeune joueur, quatre mois après celui de Louis Fajfrowski (Aurillac, 21 ans), a suscité une grande émotion dans le rugby français. 

"Il faut vraiment qu'on fasse quelque chose et que la Fédération se pose vraiment des questions", a exigé la ministre des Sports Roxana Maracineanu. La Fédération française (FFR) a demandé à World Rugby "la tenue immédiate d'une réunion exceptionnelle dédiée à la sécurité" après ce drame.

dossier :

Stade Français

AFP