RMC Sport

Affaire des corticoïdes - Juan Imhoff : "Ils ont mis le bordel"

Juan Imhoff

Juan Imhoff - AFP

Blanchi dans l’affaire des corticoïdes, l’ailier argentin du Racing Juan Imhoff a accepté pour RMC Sport de revenir sur la mini-tempête qu’il a traversée avec les champions de France.

Lavé de tout soupçon dans l'affaire des corticoïdes 

« Moi, je ne suis pas soulagé. Je n’ai vraiment rien du tout. Les gens et les joueurs de rugby vont maintenant comprendre car ils ont mis le bordel. Ça n’a pas été bien communiqué. Moi j’ai toujours été bien et sûr de ce que je fais, et ce durant toute ma carrière. Je ne veux pas penser aux personnes qui sont là pour faire du mal. Je suis toujours resté tranquille dans mon domaine, le rugby. »

A lire aussi>> Affaire des corticoïdes – Lorenzetti : "On se demande comment on peut être sali comme ça"

Les dégâts collatéraux 

« C’est surtout pour ma famille, pour mon club, pour mes amis, pour tout le monde que j’étais un peu perturbé. Ça doit être dur d’être le père de Juan Imhoff. Je parle de mon père parce qu’il était ministre de la santé, médecin cardiologue en Argentine. Il a été entraîneur des Pumas, il a fait du rugby toute sa vie. C’est donc difficile de se lever un matin et de voir un journal qui dit : « Imhoff positif au contrôle anti-dopage.» C’est ça le seul truc qui m’a perturbé. »

A-t-il eu recours à des infiltrations ?

« Jamais. En fait c'est une histoire de culture. Mon père ne nous a jamais laissés faire d'infiltrations, ni d'automédication. En tant que médecin, il trouve ça vraiment très dangereux. Du coup à chaque fois que je suis mal, mon père m'a toujours dit : "Si tu as mal, tu ne joues pas. Soit tu joues avec la douleur, soit tu ne joues pas." Je n’ai jamais eu recours à des infiltrations depuis que je suis Racing. Pour moi, le rugby, ce n’est pas ça. En fait, j'étais malade parce que je chope de temps en temps des maladies. Des rhumes surtout. J’ai utilisé un spray nasal qui me permet de respirer un peu mieux.»

Pourquoi cette affaire ?

« Il y a des gens qui veulent faire vraiment mal à ce sport parce qu’il monte de plus en plus et qu’il a des valeurs qui sont très riches. Ils veulent trouver quelque chose pour parler en mal du rugby. C’est très difficile et en plus ça me fait peur. Ce n’est pas l’esprit du rugby. C’est ce qui me fait mal. Les gamins ne vont rien comprendre. Il faut vraiment communiquer. Pour tous ceux qui doutent du fait que le rugby est un sport clean, je les invite à passer une semaine à l’entraînement, au Racing, avec moi et les autres joueurs afin qu’ils voient tous les efforts que l’on faits pour être performant le week-end. Ils verront que le rugby, c’est le travail et le sacrifice et rien d’autre. »

A lire aussi>> Affaire des corticoïdes : le président de la commission qui a entendu les joueurs du Racing 92 livre ses vérités

Laurent Depret